Aller au contenu principal

Le lycée de la Haute-Somme se dote d’un pôle équestre inédit

Le lycée agricole de la Haute-Somme concrétise son projet de pôle équestre au site de Péronne, en partenariat avec la Communauté de commune. La seule installation du genre en France.

Le pôle équestre répondra à toutes les exigences en termes de formations du lycée agricole.
Le pôle équestre répondra à toutes les exigences en termes de formations du lycée agricole.
© CCHS

Un centre équestre flambant neuf, avec des équipements et une cavalerie adaptés aux formations dispensées au lycée agricole de la Haute-Somme, à quelques centaines de mètres du site de Péronne. Voilà plus de cinq ans que ce projet ambitieux est dans les esprits de chacun. Il devrait être réalisé d’ici trois ans.
«Un pôle équestre serait un formidable atout pour notre enseignement», explique Alexandra De Le Vallée, directrice de l’EPLEFPA (établissement public local d’enseignement et de formation professionnelle agricole) de la Haute-Somme. Actuellement, l’établissement est divisé en deux sites, à Péronne et Ribemont-sur-Ancre, où les élèves de CAP palefrenier-soigneur, de bac pro CGEH (Conduite et gestion de l’entreprise hippique) et de BPJEPS mention équitation (moniteurs d’équitation) sont formés. «Mais nous n’avons pas d’installations à nous. Nous avons développé des partenariats avec des centres équestres privés. Cela implique des contraintes de transport et la difficulté de répondre aux exigences des formations.»

Un équipement structurant pour le territoire
L’idée est donc la suivante : construire un pôle équestre et regrouper l’ensemble des formations à Péronne. Il s’agit d’un projet commun avec la Communauté de communes de la Haute Somme, qui porte la construction de ce centre équestre. Deux écuries de vingt boxes chacune, stabulations, manège de 30 x 60 m, carrière de 60 x 80 m, rond de longe, logement de fonction, sanitaires, vestiaires, douches, bureau et salle de formation, hangar à fourrage, fumière, paddock… Le tout sur une parcelle de 5 ha, devrait voir le jour d’ici à 2020. Coût total : 2 584 000 €, dont un peu plus de 30 % financés par la région, une part similaire de la Communauté de communes, 640 000 € du Département et 280 000 € de l’Etat.
«Cette structure permettrait de dynamiser le territoire, parce qu’en plus de contribuer à la professionnalisation de la pratique équestre, le grand public pourra aussi en profiter», assure Eric François, président de la Communauté de communes. Le centre équestre serait en fait confié à un gérant, en délégation de service public. «Celui-ci serait locataire des murs, et la Région contribuerait à la rémunération des activités du lycée.» Le gérant pourrait donc développer une activité de centre équestre, tout en répondant au cahier des charges des besoins du lycée. Un appel d’offre va être lancé.

Travaux d’ampleur au site de Péronne
Pour regrouper à Péronne les 85 élèves, la trentaine d’enseignant et la quinzaine de formateurs de Ribemont-sur-Ancre, il va également falloir effectuer des travaux d’ampleur. «Surtout que les deux cents élèves et leurs enseignants et formateurs, à Péronne, sont déjà à l’étroit», précise Alexandra De Le Vallée. Un chantier à 8 ou 9 millions d’euros, pour trois ans de travaux, financé par la Région.
Il s’agirait d’agrandir l’internat, d’une capacité d’accueil de 40 personnes aujourd’hui, à 90 places. La restauration serait elle aussi revue, ainsi que la partie administrative, le plateau technique pour les services aux personnes et la construction de nouvelles salles de classe.
Pour cela, il sera nécessaire de rénover le bâtiment principal et de construire une aile supplémentaire. Les préfabriqués disposés en urgence, pour répondre au manque de place actuel, seront supprimés. La directrice espère que les travaux seront terminés en 2021. «Le projet à été mis en stand-by lors de la fusion du Nord - Pas-de-Calais et de la Picardie en grande région. Mais les choses avancent enfin. Le projet a été adopté lors de la séance plénière du 16 octobre.» Que deviendront les locaux de l’antenne de Ribemont-sur-Ancre ? «Ils appartiennent au Conseil régional, qui doit mener une réflexion au sujet de leur avenir.»

Le pôle équestre, en chiffres

21
Parmi la quarantaine de chevaux qui occuperont les boxes, 21 seront utilisés par le lycée. Ces chevaux devront être d’une qualité suffisante pour former les futurs moniteurs d’équitation. Ils pourront être utilisés par le centre équestre, pour les cours au grand public, les week-ends et pendant les vacances scolaires.

2 584 000 €
C’est le montant total de ce projet. 800 000 € seront à la charge de la Communauté de communes de la Haute Somme. «Un emprunt est nécessaire, mais la contribution de la Région pour les formations et la location des murs au délégataire permettront d’amortir le coût», explique le président, Eric François.

3
Trois formations de la filière équine sont dispensées au lycée agricole de la Haute-Somme : le CAP palefrenier-soigneur, en deux ans, le bac pro CGEH, en trois ans, et le BPJEPS mention équitation, en un ou deux ans. «Ce pôle équestre sera un partenariat privilégié, très structurant pour l’établissement, puisqu’il sera aussi une base de travail pour les autres formations, qui participeront à l’organisation de manifestations, par exemple», explique la directrice.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde