Aller au contenu principal

Le mâle laitier : un gisement convoité par l’industrie de la viande

La chambre d’agriculture propose une formation sur la production de taurillons holstein.

Le marché est demandeur de taurillons holstein.
Le marché est demandeur de taurillons holstein.
© AAP


La majorité des veaux laitiers de notre région prennent la direction de la Hollande ou de la Bretagne pour les ateliers de veaux gras… Adieu la valeur ajoutée régionale.

Un peu de calculs
Avec un total de 57 000 vaches laitières dans le département de la Somme, il y a du potentiel non négligeable pour l’engraissement de veaux laitiers. Cela est vite dit car avec des intervalles entre vêlages de 422 jours et une mortalité moyenne de 16% ce n’est au final que 40 190 veaux qui sont produits par an dont environ 20 000 veaux laitiers mâles.
Le service identification comptabilise 5 000 mâles laitiers de 0 à 24 mois et 2 350 mâles laitiers de plus de 24 mois. On peut donc en déduire qu’il y a 2 650 taurillons holstein engraissés. Un autre tri permet de constater que 80 producteurs élèvent plus de 15 taurillons holstein dans notre département et ce sont bien entendu des producteurs laitiers.

Une formation et du conseil individuel
Le marché est demandeur de ce type de production en substitution à la vache holstein. Néanmoins la production est-elle rentable ? Ma manière de produire est-elle la bonne ? Comment évolue le marché ? La chambre d’agriculture organise une formation de deux jours : produire économiquement du taurillon. La formation reprendra les bases de l’alimentation inhérente à ce type d’animaux. Des comparaisons ainsi que des cohérences techniques et économiques seront réalisées à partir des différents types de rationnement présentés par les éleveurs. Est-il intéressant d’alourdir les carcasses ? Faut-il booster la croissance avec de la pulpe sèche ou du blé ? Quelle quantité de concentré azoté ? Peut-on défiscaliser à partir de son atelier d’engraissement ?
Pour aller plus loin un conseiller viendra sur votre élevage pour calculer avec votre aide la marge de votre atelier et mettre en évidence les points forts et les points faibles de votre système. Ce travail servira à une mise en commun propice aux échanges lors de la deuxième après-midi de formation.
Elle se terminera avec une présentation par Pierre Albrecht de la Cobevial, de la filière M.KEY fournisseur entre autres des fast-food Mac Donald.
Jamais réalisée, cette formation organisée à l’initiative de la chambre d’agriculture, se déroulera sur deux après-midis de 14h à 17h les jeudis 9 janvier et 17 avril. Un conseiller se déplacera sur votre élevage entre ces deux dates. Tarif : 132 € pour les exploitants.

Renseignement : Daniel Platel au 03 22 33 69 73 ou Annabelle Guilbert-Feuvrier 03 22 93 51 24.
Formation agréée par Vivea, éligible au crédit d’impôt et au service de remplacement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde