Aller au contenu principal

Le marché de la grande distribution poursuit sa mue

Le marché de la grande distribution poursuit sa mue. C’est la fin du gigantisme et le consommateur se tourne vers d’autres acteurs, plus pratiques, plus proches, plus éthiques...

Grand frais réunit en un seul et même lieu cinq professionnels de l’alimentation : un primeur, un épicier d’ici et d’ailleurs, un boucher charcutier, un fromager 
et un poissonnier, dans un espace imitant le marché couvert traditionnel. 
Grand frais réunit en un seul et même lieu cinq professionnels de l’alimentation : un primeur, un épicier d’ici et d’ailleurs, un boucher charcutier, un fromager
et un poissonnier, dans un espace imitant le marché couvert traditionnel. 
© D. R.



Pour la première fois depuis quarante ans, le modèle de la grande distribution ne progresse plus et perd des parts de marchés. Au gigantisme des années 1980, les formats développés par les enseignes préfèrent désormais la proximité. L’éclosion du drive, le boom du bio et des circuits courts font aussi bouger les lignes. Les clients souhaitent revenir à des valeurs de proximité et de praticité. Simple tendance il y a encore quelques années, la volonté de consommer «plus vert» et «plus sain» dans une démarche éco-responsable est plus que jamais ancrée dans les habitudes de consommation des Français. Les distributeurs doivent donc répondre à ces attentes pour une consommation plus éthique, avec des actes plutôt que des discours.

Retour en centre-ville
Les grandes enseignes qui avaient déserté les centres-villes pour s’agrandir en périphérie font quasiment toutes marche arrière. En l’espace d’une petite dizaine d’années, les concepts de supérettes urbaines se sont multipliés. Ce retour des petits formats au plus proche des consommateurs a largement été porté par la franchise. De nombreux entrepreneurs franchisés se sont ainsi lancés dans l’aventure de l’épicerie de quartier en s’adossant à des grands noms de la grande distribution.
De son côté, le consommateur choisit de nouvelles façons d’acheter son produit et passe facilement de l’une à l’autre. Achat de proximité en direct chez le producteur ou dans un magasin de producteurs, développement du drive, avec la perte de l’achat d’impulsion devant le linéaire et pour gagner du temps, commande sur smartphone et livraison au domicile. Sans oublier la volonté de «l’ogre américain» Amazon de venir sur le marché des produits alimentaires et des produits frais, maintenant que des solutions de colis frais existent. La livraison de produits Amazon Fresh va nécessiter l’implantation d’entrepôts dans de nouveaux lieux stratégiques, pour pouvoir livrer au plus vite.

Success-story
Grand Frais, une enseigne inconnue à Paris, réunit en un seul et même lieu cinq professionnels de l’alimentation : un primeur, un épicier d’ici et d’ailleurs, un boucher charcutier, un fromager et un poissonnier, dans un espace imitant le marché couvert traditionnel. Grand Frais a axé sa communication sur la fraîcheur et la diversité des produits. C’est la plus éclatante success-story de la grande distribution en France depuis dix ans, orchestrée par un patron quasi invisible, à l’origine grossiste sur la région lyonnaise. Entre 2010 et 2018, cette chaîne de magasins a doublé son parc avec la volonté de travailler avec des PME et non pas des grandes marques nationales.
Enfin, citons l’arrivée d’une chaîne américaine nommée Costco : un concept de club-entrepôt qui propose des produits en grand format, peu de références, présentés sur palettes ou sur tables pour le textile et sans effort particulier de présentation ou de services, ce qui limite les charges pour le distributeur permettant de proposer des prix plus bas. Pour l’instant, un seul magasin est situé en région parisienne, mais l’objectif de la chaîne américaine est l’ouverture d’une douzaine de magasins dans les dix ans.

Les spécificités des distributeurs

Selon les données de Kantar World panel, voici quelques évolutions des distributeurs en France en 2018 : E. Leclerc : - 0,1 %. Le groupe d’indépendants, moins offensif commercialement, a conservé son titre d’enseigne leader dans la part des dépenses des Français, mais n’a plus que 21,1 % de part de marché. Son message axé principalement sur les prix est plutôt porteur.
Carrefour : - 0,2 %. Le groupe n’affiche plus que 20,2 % de parts de marché, pénalisé également par la perte de vitesse de ses hypermarchés et le ralentissement de Carrefour market. Carrefour annonce des licenciements ou va inciter à des départs volontaires de ses salariés.
Intermarché : + 0,3 %. Le grand gagnant de l’année 2018 profite d’une meilleure fidélisation de ses clients qui lui permet de grimper à 14,9 % de parts de marché. Son message de proximité avec les producteurs et le relookage de ses magasins l’ont aidé à cette progression.
Casino : - 0,1 %. Si Géant Casino a réussi à progresser de 0,1 point, le groupe subit en revanche un recul de 0,1 point sur son enseigne Leader Price qui perd près de 500 000 clients. Il affiche au total 11,4 % de parts de marché.
Système U : + 0,1 %. Le groupe coopératif profite du dynamisme de son activité sur internet, de ses circuits de proximité et d’une meilleure fidélisation pour enregistrer 10,7 % de parts de marché. Auchan : - 0,2 %. Pénalisé par les difficultés de ses hypermarchés, le groupe de la famille Mulliez ne représente plus que 10,3 % de parts de marché.
Lidl : + 0,2 %. Le discounter a bénéficié d’une forte accélération en fin d’année, coïncidant avec les revendications sur le pouvoir d’achat, et atteint 5,5 % de parts de marché sur l’année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde