Aller au contenu principal

Le médiateur demande une hausse de 2,5 centimes/litre dès avril

Le médiateur a tranché. Maintenant producteurs, transformateurs et distributeurs doivent adhérer au dispositif.

Après plusieurs mois de revendications des éleveurs appuyées par de nombreuses manifestations, le médiateur Francis Amant a proposé  une hausse du prix du lait. «Chacun est maintenant face à ses responsabilités», a-t-il déclaré.
Après plusieurs mois de revendications des éleveurs appuyées par de nombreuses manifestations, le médiateur Francis Amant a proposé une hausse du prix du lait. «Chacun est maintenant face à ses responsabilités», a-t-il déclaré.
© Laetitia Brémont/l’Eure Agricole

Les éleveurs, qui réclamaient une revalorisation du prix du lait de 2 à 3 centimes, ont été entendus. Le médiateur des relations commerciales agricoles a estimé le 26 avril qu’il était «souhaitable d’augmenter d’au moins 25 euros les milles litres le prix du lait payé aux producteurs pour la totalité du lait livré en 2013» et ce, dès le mois d’avril. En d’autre terme, il demande aux distributeurs et industriels une hausse de 2,5 centimes/litre du prix versé aux producteurs pour rattraper la hausse de leurs charges. «Le prix d'achat du lait de vache aux producteurs est depuis le début de l'année 2013 inférieur au prix du lait constaté sur le marché et ne (leur) permet plus de couvrir leurs charges», indique un communiqué du médiateur désigné le 8 avril par le ministre de l’Agriculture suite à une table ronde entre producteurs, transformateurs et distributeurs.
Cet accord prévoit également un volet «spécial distribution»: celle-ci devra s'acquitter d'une «hausse technique» de 3 centimes/litre pour le lait de consommation et de 2 centimes pour le lait incorporé dans les produits laitiers. Elle sera versée aux industriels à partir du 1er juin et figurera en pied de facture. Surtout, elle sera «indépendante des négociations commerciales entre chaque enseigne et ses fournisseurs», précise-t-il en ajoutant qu'elle a été «acceptée par la grande distribution».
Le médiateur indique d'ailleurs avoir conduit sa mission «autour des deux principes d'une revalorisation rapide du prix payé au producteur et d'un partage équitable de l'effort financier correspondant entre les transformateurs et la distribution».
Le médiateur a invité l’ensemble des acteurs de la filière à « confirmer leur adhésion» au dispositif afin que la revalorisation du prix du lait payé aux producteurs soit effective dans les premiers jours de mai. Mais les réactions ne sont pas unanimes.

Les réactions
La Fédération nationale des coopératives laitières (Fncl) juge les propositions techniques «insuffisantes pour assurer la reconstitution des marges des transformateurs» Les prix du lait s'enflamment sur le marché mondial, en raison d'une moindre production de la Nouvelle-Zélande donc d'une moindre disponibilité, et la FNCL souhaite une remise à plat complète des relations commerciales avec la distribution. Sur certains produits laitiers, affirme-t-elle, les transformateurs «travaillent à perte» depuis un an.

Le syndicat des Jeunes agriculteurs (JA) a salué les propositions du médiateur mais attend l’engagement concret des transformateurs. De plus, les JA veulent une revalorisation des prix pour l’ensemble de la filière.

La Fédération nationale des producteurs de lait (Fnpl) se félicite des propositions du médiateur et souhaite leur application sans délai. «La négociation qui vient de se conclure doit se faire de manière systématique quand le contexte l’exige», indique la Fnpl qui souhaite que soit inclus dans la Loi de modernisation de l’économie (LME) un dispositif qui permette de prendre en compte la pression des charges liées aux coûts de l’alimentation.

Côté distribution, Carrefour a aussitôt fait savoir que «compte tenu de la situation actuelle des éleveurs laitiers», l'enseigne avait décidé de «s'engager sans délai dans le dispositif proposé». Le numéro un français de la distribution a appelé également à créer «aussi vite que possible une interprofession réunissant éleveurs laitiers, industriels et distributeurs».
Sur son blog, Michel-Edouard Leclerc a indiqué que les centres E.Leclerc «acceptaient le principe du plan proposé par le gouvernement, d’autant que les pouvoirs publics ont arbitré en faveur d’une solidarité partagée entre distributeurs et industriels». Cependant, les centres E.Leclerc auraient préféré un système d’aide directe à la production, comme ils l’avaient proposé à la mi-avril. «La méthode retenue par le gouvernement pourrait s’avérer extrêmement complexe, s’agissant des modalités de calcul de hausse sur les produits très transformés».
Michel-Edouard Leclerc rappelle qu’il ne soutiendra que les producteurs laitiers français et demandera aux industriels de certifier l’origine de leur approvisionnement et exclura du dispositif de soutien les produits d’importation et/ou les produits élaborés à partir de lait importé.
Il souhaite également que cet accord soit aussi valable pour les distributeurs étrangers présents en France (notamment les hard discounters). «La non-participation de ces enseignes au plan de solidarité avec les producteurs laitiers français viendrait créer une situation de distorsion de concurrence par rapport aux distributeurs français», indique le patron des centres E.Leclerc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde