Aller au contenu principal

«Le non travail du sol en bio reste complexe»

Emmanuel Decayeux pratique depuis une trentaine d’années les techniques de l’agriculture de régénération des sols. Sa conversion en bio en 2011 a cependant été un bouleversement. Aujourd’hui, il tâtonne toujours.

Parmi ses pratiques, Emmanuel Decayeux réalise son propre compost grâce à cette théière, pour nourrir la plante et la flore du sol. 
Parmi ses pratiques, Emmanuel Decayeux réalise son propre compost grâce à cette théière, pour nourrir la plante et la flore du sol. 
© Alix Penichou

L’agriculture de régénération ? «C’est une vielle histoire», opine Emmanuel Decayeux. Voilà une trentaine d’années que l’exploitant d’Hallencourt n’avait pas labouré une seule parcelle. «Je suis passé aux traitements bas volume il y a vingt-cinq ans, à l’allongement des rotations, à la couverture systématique du sol…» Le pionnier s’est vite fait respecter pour ces pratiques innovantes dans son secteur.

Le passage en bio en 2011 l’a néanmoins déstabilisé. «Sans glyphosate, on m’a conseillé de labourer à nouveau. Mais jusqu’ici, j’avais réussi à m’en passer.» Le déchaumage est pratiqué, mais surtout, l’agriculteur a mené un gros travail sur ses couverts. «Il faut trouver celui qui va étouffer les adventices au maximum. Mon sol est vert du 1er janvier au 31 décembre.» Un réel bénéfice pour ses terres calcaires, très séchantes. Le ruissellement est ainsi limité, et les micro-organismes sont boostés. 

Seulement, depuis deux ans, la météo ne joue pas en la faveur de ces pratiques. «Il ne gèle plus assez l’hiver pour détruire les couverts. Leur implantation en conditions sèches est compliquée, et les automnes humides sont une vraie galère.» Si bien qu’au printemps 2021, certaines parcelles étaient «à l’état d’une forêt vierge». «L’année dernière, j’ai donc pris la décision d’acheter une charrue avec mon voisin», rougit Emmanuel Decayeux. 

Une fois ce cap psychologique franchi, le convaincu des bienfaits du non travail du sol assure assumer son choix. «J’étais dans une réelle impasse. Je ne pouvais plus du tout semer mon blé.» Il pratique ainsi un «labour agronomique», soit un travail du sol pas trop profond, à 15 cm maximum, pour «limiter la casse». Cette charrue lui permettra des pratiques différentes. «Je vais tester l’implantation de trèfle blanc nain en même temps que le blé, qui resterait en place pour la culture suivante, soit presque deux ans. Il sera détruit le printemps suivant grâce au labour.»

 

«rester humble devant la nature»

Emmanuel Decayeux teste de nouvelles techniques pour améliorer ses pratiques. Il a notamment investi dans une théière à compost, pour fabriquer son propre compost, mariné pendant 24h. «C’est un plus pour nourrir la plante et la flore du sol. Mais ce n’est pas encore une science exacte, car le monde des bactéries est très complexe.» Il fabrique aussi du jus d’adventices à l’aide d’une baratte qu’il utilise en guise d’herbicide. «Le sol reçoit une information qui est censée le conduire à freiner la pousse des mauvaises herbes.» Là encore, les résultats restent aléatoires. «Il faut rester humble devant la nature. On essaie, on échoue, mais on réussi aussi, et c’est ce qui pousse à continuer de chercher.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde