Aller au contenu principal

Le parc du Marquenterre fête la nature

Le Parc du Marquenterre fête la nature jusqu’au 27 mai. Pour cette 12e édition de la Fête de la nature, le thème retenu est «Voir l’invisible».

Le Parc du Marquenterre est un paradis pour les oiseaux de toutes espèces. Pas moins de 309 espèces d’oiseaux y ont été observées au moins une fois depuis son ouverture au public en juillet 1973.
Le Parc du Marquenterre est un paradis pour les oiseaux de toutes espèces. Pas moins de 309 espèces d’oiseaux y ont été observées au moins une fois depuis son ouverture au public en juillet 1973.
© Parc du Marquenterre


«C’est un péché d’ouvrir à tous un sanctuaire tel que celui-ci, mais nous, nous en sommes fiers», dit joyeusement Philippe Carruette, guide nature et responsable pédagogique du Parc du Marquenterre. Trente-trois années déjà sont passées depuis son arrivée dans ce parc, mais son émerveillement reste intact. «Il y a une diversité au niveau du vivant au Marquenterre, qui m’étonne tous les jours», s’enthousiasme-t-il. Au terme d’espèce, il préfère celui d’individu. Si, pour l’œil profane, les oiseaux d’une même espèce se ressemblent tous, l’œil expert de ce passionné voit l’unicité de chacun.
Alors, même si ce parc est loin d’être le plus grand et le plus impressionnant, «il est celui qui présente la plus grande capacité d’observation d’oiseaux et d’animaux sauvages», explique Philippe Caruette. D’une part, parce que la chasse n’y est plus pratiquée depuis quarante-quatre ans. D’autre part, parce que tous les aménagements du site (sentiers et postes d’observation) ont été conçus pour que les visiteurs ne perturbent jamais les oiseaux.

Un parc terre d’accueil pour les oiseaux
Sur les deux cents hectares du Parc du Marquenterre, au cœur de la réserve naturelle de la Baie de Somme, plus de trois cents espèces d’oiseaux ont été recensées depuis son ouverture au public en 1973. Parmi les espèces emblématiques que l’on peut y rencontrer suivant les saisons, se trouvent l’avocette, la cigogne blanche, la spatule, la mouette, le héron garde-bœuf, le courlis, le foulque, la tadorne, l’oie, l’aigrette, la mouette, etc. A chaque saison, cependant, ses oiseaux et leur histoire de vie.
Mais si chacun a son histoire, tous ont choisi la Baie de Somme comme terre d’accueil pour s’y ressourcer avant de reprendre leur migration ou se reproduire. Ainsi, alors que les canards nordiques, viennent y hiverner, les spatules blanches, les avocettes élégantes ou les phragmites des joncs viennent, eux, s’y reproduire au printemps. Mais les changements climatiques perturbent progressivement leurs comportements. Depuis les années 1995, les guides observent l’augmentation de la présence en hivernage de nombreuses espèces, comme le retard du départ vers le sud pour d’autres oiseaux. Autre préoccupation : la baisse de l’élevage en Baie de Somme, activité indispensable pour l’équilibre de cet espace naturel et, au-delà, pour tout le territoire.
Mais entre ses forêts de pins et de feuillus, ses marais salés et d’eau douce, ses prairies, ses dunes, ses zones de buissons, le parc du Marquenterre reste bel et bien un paradis pour les oiseaux, grâce à la volonté de son fondateur, Michel Jeanson. Après avoir fait construire un polder, dans les années 1950, pour agrandir son domaine agricole afin de se lancer dans les cultures de tulipes et jacinthes, il convertit le site en terre dédiée à l’accueil des oiseaux, en 1973, et ouvert au public. Parce que la nature se partage et se préserve ensemble.

Au programme de la fête

- 26 mai, de 9h à 12h : «Le comportement des
oiseaux». La meilleure façon de retenir le nom de l’oiseau que l’on vient de voir est sans nul doute d’observer avec attention sa vie et ses multiples comportements. Le guide naturaliste vous entraînera sur le chemin passionnant de l’éthologie partagée.
- 27 mai 2018, de 9h à 11h30 : «Le monde caché des tritons». Au-delà de la beauté de ces amphibiens, leurs mœurs sont étonnantes et souvent peu connues, notamment lors de leur vie terrestre qui les mène souvent bien loin de leur mare de naissance. Le guide naturaliste spécialiste des amphibiens vous fera découvrir sur le terrain la vie cachée des tritons.

Entrée gratuite. Réservation obligatoire.
25, bis chemin des Garennes, Saint-Quentin-en-Tourmont
Tél : 03 22 25 68 99 ou www.parcdumarquenterre.com

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde