Aller au contenu principal

Le poireau ne fait pas recette

À l’échelle nationale, comme dans la Somme où un bassin de production est né il y a quatre ans, le moral des producteurs de poireau est morose.

Les poireaux cultivés dans la Somme ne font pas exception. La production peine à s’écouler.
Les poireaux cultivés dans la Somme ne font pas exception. La production peine à s’écouler.
© A. P.

Le 16 mars, le poireau affichait 41 jours ouvrés de crise conjoncturelle au Réseau des nouvelles des marchés (RNM, FranceAgriMer). En difficulté depuis le 19 janvier, le légume d’hiver accuse un prix de première mise en marché 34 % en dessous de la référence hebdomadaire. Une situation due à une consommation «globalement en berne» malgré des mises en avant et des promotions en magasins, analyse FranceAgriMer dans sa note de conjoncture de février. Un constat partagé par le directeur de l’AOP Poireaux de France Patrick Groualle. Interrogé le 16 mars, il pointe un marché «morose» depuis la campagne d’automne qui s’est dégradé pour devenir «complètement atone» cet hiver, alors que les emblavements sont «similaires» et les rendements «un petit peu en-deçà de la normale». «C’est vraiment la consommation qui n’est pas là», lâche-t-il. Une situation qui pèse fortement sur les prix payés à la production. «On a des cours ridicules qui oscillent entre 0,25 et un peu plus de 0,30 € le kilo, alors qu’un prix normal serait a minima 0,60 le kilo», ajoute Patrick Groualle.

 

Pas d’exception dans la Somme

Dans le département de la Somme, la Sica Somme de saveurs ne fait pas exception. Comme devait l’expliquer l’un des producteurs associés, Christophe d’Halescourt au député Jean-Claude Leclabart, «le poireau frais, personne n’en veut». Ou plutôt n’en veut plus… «Le seul débouché qu’il reste à ce jour, c’est l’industrie», détaillait en ce début de semaine M. d’Halescourt. Le marasme de la filière poireau ne date pas d’aujourd’hui, mais remonterait au début de la campagne : «Toute l’année, les choses auront été compliquées. Et cela se vérifie pour tous les légumes frais.» En ce qui concerne le poireau, «en début de campagne, entre septembre et octobre, on ne s’attend jamais à des miracles, pour peu en plus qu’il fasse beau…» Les choses sérieuses doivent débuter en novembre, jusqu’à l’approche des fêtes de fin d’année. Une fois passées les fêtes, une deuxième vague est attendue. Or, en 2022, la dynamique de marché n’était pas au rendez-vous. «En catégorie 1, on est en ce moment autour de 20-22 centimes par kilo à la vente pour les producteurs, ce qui est en dessous du coût de conditionnement.» Le marché du frais, le plus rémunérateur, peine à écouler la production. Face à l’afflux de marchandise, les acheteurs font aussi la fine bouche, en élevant leurs critères de sélection des lots. «Quand le rendement et le prix sont là, c’est une culture intéressante, note Christophe d’Halescourt, mais cette année, ce ne sera pas le cas…» Sur la trentaine d’hectares plantés en 2021, il en reste sept à récolter. Objectif pour la Sica Somme de saveurs, «limiter la casse».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde