Aller au contenu principal

Le prix des micro-ingrédients explose aussi

+ 21 % de coûts pour le blé tendre fourrager, + 12 % pour les tourteaux de soja… Et désormais + 100 % pour l’urée. Les professionnels alertent sur la situation difficile des marchés des matières premières pour l’alimentation animale. La région n’est pas épargnée. 

Les micro-ingrédients comme l’urée, la magnésie et les phosphates connaissent une hausse spectaculaire du prix, couplée à une disponibilité aléatoire.
© D. R.

«Notre secteur souhaite vous alerter sur la situation difficile des marchés des matières premières destinées à l’alimentation animale et ses conséquences sur les équilibres économiques des filières de production animale», indiquent Jean-Luc Cade, président de la coopération agriciole nutrition animale et François Cholat, président du SNIA, dans une lettre adressée aux interprofessions.
Les principaux ingrédients des rations connaissent effectivement des prix élevés, tirés par la dynamique des marchés internationaux. «On observe du côté des céréales une progression de 21 % pour le blé tendre fourrager, de 33 % pour l’orge et de 28 % pour le maïs depuis septembre 2020», notent-t-ils. Même constat pour les protéines. «Après avoir connu une hausse conséquente à l’automne 2020, le prix du tourteau de soja standard a trouvé un équilibre autour de 400 E/t, soit + 12 % depuis septembre 2020, niveau historiquement élevé. Quant au tourteau de soja garanti sans OGM, les problèmes de disponibilité perdurent avec un surcoût moyen de 280 /t.»
L’actualité la plus récente est celle de la hausse spectaculaire du prix des micro-ingrédients, couplée à une disponibilité aléatoire. C’est le cas notamment de l’urée, de la magnésie et des phosphates. La dépendance aux importations montre une fois de plus ses limites, dans un contexte d’explosion des coûts logistiques et d’arrêt de certaines sources d’approvisionnement. «Nous ne pouvons écarter totalement une baisse de performances zootechniques de certaines gammes d’aliments faute de disposer des nutriments nécessaires», alertent les professionnels. Et d’illustrer : «À  titre d’exemple, l’urée, additif nutritionnel, permettant de limiter l’incorporation de tourteaux de soja dans les aliments ruminants, a vu ses prix augmenter de 100 % depuis le trimestre précédent».
La filière biologique est confrontée elle aussi à des difficultés d’approvisionnement en matières premières avec des surcoûts conséquents. «Le prix du tourteau de soja bio atteint actuellement 1 250 /t en moyenne, soit une hausse de 100 % par rapport à l’année dernière. Sur les céréales bio, une augmentation des cours s’observe essentiellement sur le C2, avec + 18 % sur le blé tendre fourrager et + 28 % pour le maïs.» 
Le plan de relance initié par le Gouvernement a identifié le besoin de retrouver de la souveraineté en France et en Europe, mais la profession sait «qu’il faudra du temps et des investissements pour répondre à cette attente». En attendant, elle demande «une prise en compte, juste et immédiate, de l’augmentation du prix des matières premières, quels que soient les filières et les segments de marché».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde