Aller au contenu principal

Fournitures
Le prix du GNR continue de flamber

Le conflit russo-ukrainien contribue à une augmentation des prix du carburant qui impacte aussi de plein fouet le monde agricole. Mais la guerre n’explique pas tout… 

Au fur et à mesure que le conflit russo-ukrainien s’embrase et que les pays tiers affinent leurs positions sur d’éventuelles sanctions, les stocks de produits  pétroliers à travers le monde s’amenuisent.
Au fur et à mesure que le conflit russo-ukrainien s’embrase et que les pays tiers affinent leurs positions sur d’éventuelles sanctions, les stocks de produits pétroliers à travers le monde s’amenuisent.
© Pixabay

Dans ses locaux amiénois, le groupement agricole d’achat Germa connait depuis quelques jours une surchauffe de ses lignes téléphoniques. La raison ? Des adhérents inquiets de voir le prix des carburants, dont celui du GNR, monter en flèche, mais aussi des besoins liés aux travaux de printemps dans les champs. Son directeur, Laurent Lewandowski l’atteste : «Depuis le 24 février dernier – le jour où l’invasion russe de l’Ukraine a débuté -, le standard explose. Nous passons nos journées à répondre aux demandes.» Au bout du fil, des agriculteurs, mais pas que, qui s’inquiètent de la disponibilité de carburants.

 

Des stocks faibles 

«Aujourd’hui, reconnait le directeur de Germa, ni les prix ni les délais de livraison ne sont garantis par certains fournisseurs.» Le cœur du métier de Germa, qui consiste à mettre en concurrence lesdits fournisseurs, n’a «plus de sens», confie Laurent Lewandowski. «Notre mission, c’est de trouver celui qui a encore des volumes à vendre !» Car au fur et à mesure que le conflit russo-ukrainien s’embrase et que les pays tiers affinent leurs positions sur d’éventuelles sanctions, les stocks de produits pétroliers à travers le monde s’amenuisent. «Il arrive encore du pétrole de Russie, mais la demande est tellement forte que les stocks des dépôts primaires et des raffineries sont très faibles.» Et force est de constater que tous les pays détenteurs de la précieuse ressource ne partagent pas les mêmes idées. Pour expliquer la hausse du tarif, il faut aussi regarder du côté des valeurs de monnaie. «En 2008, le baril de pétrole était plus élevé qu’aujourd’hui, mais l’euro était fort par rapport au dollar, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui…», analyse M. Lewandowski.

Du côté des acheteurs, des comportements irrationnels ne permettent pas non plus de faire baisser la tension sur le marché : «Certains clients se couvrent. Ils achètent la semaine A et repassent commande en semaine B. C’est une forme de réassort pour être sûr de ne pas tomber à court, et une façon d’anticiper une nouvelle hausse…», constate-t-on chez Germa. 

 

Délais de livraison allongés et rationnement

Si le délai de livraison du GNR commandé via Germa pour le nord de la France est de l’ordre de «dix jours», les choses semblent plus compliquées dans d’autres régions : «En région Centre, c’est trois semaines de délai et un contingent de deux mille litres, indique Laurent Lewandowski. Les dépôts y sont moins nombreux. Chez nous (quart nord de la France), nous avons la chance d’avoir Rouen, Le Havre ou Dunkerque.» Avec la montée des prix, les factures sont elles aussi de plus en plus salées : «On commence à avoir des fournisseurs plus exigeants sur le paiement parce qu’ils sont eux aussi confrontés à la même chose. Il y a quelques temps, les paiements s’effectuaient à trente jours. Là, certains demandent un paiement à la livraison.» 

Pour faire face à une situation inédite – «on n’a jamais vu un tel foutoir depuis trente ans», selon Laurent Lewandowski -, le groupement Germa fait quelques recommandations : «avoir dix jours de stock de GNR et fractionner les achats. Cela reste la moins mauvaise solution». Le groupement Germa dit, de son côté, «n’avoir rien à gagner de cette situation». «On est rémunéré par les adhésions et sur le volume, pas sur le prix…», constate son responsable. «Par contre, pas de doute, certains sont en train de s’en mettre plein les poches…»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde