Aller au contenu principal

Le renouvellement du certiphyto, c’est maintenant

Les premiers certiphyto agriculteurs arrivent à échéance. Avec les formations labellisées Écophyto, le certiphyto est reconduit plus facilement.

Pour continuer à manipuler les produits phytosanitaires, pensez à renouveler votre certiphyto s’il a plus de sept ans.
Pour continuer à manipuler les produits phytosanitaires, pensez à renouveler votre certiphyto s’il a plus de sept ans.
© D. R.



Il y a dix ans, la Chambre d’agriculture de la Somme démarrait en phase test les premières formations certiphyto à destination des agriculteurs. La toute première s’est en effet déroulée en décembre 2009, à Abbeville. Le temps du renouvellement pour les premiers détenteurs arrive à grands pas.
La détention d’un certiphyto en cours de validité est une obligation légale pour pouvoir acheter des produits phytosanitaires tout comme pour les manipuler. C’est à l’agriculteur de veiller au bon renouvellement de son certiphyto. Aucun rappel ou relance officiel sera envoyé.

Bien anticiper sa date de renouvellement
La date d’échéance est dictée par la date notifiée sur la carte certiphyto. Tous les certiphyto «agriculteur» obtenus avant novembre 2016 ont une validité de dix ans. Ceux obtenus après cette date n’ont plus qu’une validité de cinq ans.
La demande de renouvellement via le portail internet «Mon service public» devra être réalisée entre trois et six mois avant cette date fatidique.
Concrètement, les «tous premiers» agriculteurs de la première phase (phase expérimentale) ont reçu leur carte en date d’août 2010, soit une échéance en août 2020. Pour ces agriculteurs, la demande de renouvellement sera donc à réaliser entre février et mai 2020.

Trois voies pour renouveler son certiphyto
Première voie : participer à une journée de formation «Certiphyto» classique. Contrairement à la phase initiale (obtention du certiphyto primo), cette formation ne sera pas prise en charge par le fond de formation Vivéa. Elle restera donc à la charge du participant.
Deuxième voie : réussir un test QCM (questionnaire à choix multiple) à réaliser via une application internet lors de sessions collectives. Le seuil de réussite est fixé à quinze bonnes réponses sur les trente questions posées. L’attention doit être portée sur le fait qu’en cas d’échec à ce QCM, le candidat devra repasser un certiphyto Primo, soit deux jours de formation.
Suite à la journée de formation ou à la réussite du QCM, le stagiaire devra demander son renouvellement via le portail électronique «Monservicepublic.com» telle que l’exige déjà la procédure actuelle.
Troisième voie : participer à quatorze heures de formation(s) classique(s) labellisée(s) «Ecophyto». C’est la grande nouveauté de ce nouveau dispositif pour le renouvellement certiphyto agriculteur. Ces heures de formation pourront être réalisées en une ou plusieurs sessions dans un délai de trois ans avant l’échéance du certificat. Pour être labellisées «Ecophyto», ces formations devront porter sur la maîtrise et le raisonnement des applications phytosanitaires et sur les méthodes alternatives ou sur l’agronomie.
Pour finaliser le renouvellement, et à l’issue des quatorze heures de formation labellisée, l’agriculteur devra juste suivre une session de formation complémentaire à distance via Internet (e-learning) de 1 heure 30 à 2 heures portant sur la protection de la santé des utilisateurs, la réglementation et l’environnement.
Dans cet objectif, nombre de formations historiques en productions végétales proposées par la Chambre d’agriculture de la Somme et qui répondent aux exigences de labellisation pourront contribuer au renouvellement du certiphyto.
Les premières échéances arrivent dans un an, c’est donc le moment d’établir son plan de formation sur l’automne et l’hiver prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde