Aller au contenu principal

Le réseau Dephy en quête d’un nouvel élan

S’il montre une nouvelle fois la faisabilité de la réduction des phytos, le réseau Dephy cherche un nouvel élan. De telles démarches de réduction des phytos ne peuvent emporter de large adhésion sans une reconnaissance en termes de prix de vente et de modération des coûts de production, estiment les professionnels du réseau. 

Pour aller plus loin dans la réduction de phytos, il faut une rémunération, estiment les professionnels du réseau. Les baguettes HVE sont un exemple. 
Pour aller plus loin dans la réduction de phytos, il faut une rémunération, estiment les professionnels du réseau. Les baguettes HVE sont un exemple.
© Thierry Michel

Comment essaimer dans le monde agricole, en passant de 3 000 à 30 000 fermes, puis à 400 000 ? Tel a été le fil rouge lors du colloque le 2 février du réseau Dephy, engagé dans la réduction des phytos. Une partie de la réponse vient de l’intérêt économique de cette démarche, quand l’agriculteur en tire un meilleur prix de vente, estime Xavier Reboud, directeur de recherche à l’Inrae. «Il y a besoin de travailler sur des modèles de différenciation et de reconnaissance des modes de production», selon lui. Des coopératives proposent déjà des différentiels de prix, souligne-t-il. Et de citer l’existence de la charte Lu’Harmony, la certification CRC pour le blé qui donnent «des prix attractifs». Reste un obstacle en matière de réduction des phytos : l’agriculteur donne «trop de poids à l’économie directe», d’après le chercheur. «Pour modifier les systèmes, il faut trouver de nouveaux débouchés, coupler les actions.» Xavier Reboud cite le cas de la méthanisation et des Cive (cultures intermédiaires à vocation énergétique), qui «libèrent des marges de manœuvre en interculture». Une piste en matière comptable est de valoriser les efforts non directe- ment marchands que l’agriculteur réalise dans le social, l’environnement, la santé. Le crédit d’impôt HVE va dans ce sens. 

 

Partage du risque 

Le partage du risque entre acteurs de la filière est également un point clé, selon Marie Stankowiak, enseignante chercheuse à l’Isa de Lille. «Des stratégies d’anticipation commencent à se mettre en œuvre», dans la collecte, la transformation, signale-t-elle. L’idée est de s’adapter à de futures réglementations plus contraignantes en matière de phytos. Cela va jusqu’à la contractualisation, basée sur un cahier des charges, une prise de risque partagée avec les agriculteurs. Dans la distribution, l’exemple mis en avant est celui de Carrefour, qui se dit «prêt à payer 15 % plus cher» ses produits en filière qualité et avec une démarche de baisse des phytos. 

Le bilan dressé par Dephy a pourtant, en lui-même, de quoi motiver les agriculteurs. «Dephy montre que la réduction des phytos, c’est possible dans différents contextes de production, sans dégradation des résultats économiques dans 80 % des cas», a souligné Virginie Brun, chef de projet à l’APCA. Une étude exploratoire sur 324 systèmes de culture montre une progression des marges. En moyenne, les ventes ne diminuent pas avec la réduction des phytos, d’après Philippe Tresch, expert des filières grandes cultures et polyculture-élevage à l’Idele. Les charges totales affichent de leur côté une diminution de 4 %.  

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
L’aménagement de bâtiments d’élevage peut faire l’objet d’un accompagnement financier.
Un projet d’investissement sur votre exploitation ? Le point sur les aides
L’appel à projets du Plan de compétitivité et d’adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) est ouvert depuis le 15 février.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde