Aller au contenu principal

Le rôle économique de la pomme de terre

Les producteurs de pommes de terre ont procédé à un état des lieux et des perspectives des différents segments du marché.

Patrick Trillon présidait son dernier congrès de l’Unpt, son successeur sera désigné en mars.
Patrick Trillon présidait son dernier congrès de l’Unpt, son successeur sera désigné en mars.
© Actuagri


Pour la première fois, le congrès de l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (Unpt) se tenait en Bretagne, à Saint Malo, les 12 et 13 février. Un congrès qui s’est déroulé «malgré nos assurances, en l’absence du ministre ou de son représentant», a déploré le président Patrick Trillon. Pendant ces deux jours de travaux, les congressistes ont pu faire l’état des lieux de la production de pommes de terre sous ses diverses composantes : la fécule, la transformation, la primeur et la pomme de terre de conservation.

Fécule : recouplage
Pour la production féculière, l’état d’alerte a été constaté. Représentant ce secteur au bureau de l’Unpt, Pascal Foy a souligné la forte baisse des surfaces et du nombre de producteurs : «le secteur féculier est en situation relativement dangereuse : 27 000 ha en 2004,17 000 ha aujourd’hui. Nous sommes au bord du seuil critique pour faire vivre l’outil industriel». Malgré tout, la filière ne se démobilise pas et manifeste sa «volonté de prendre des parts de marché au niveau européen», constate Patrick Trillon. A condition que les pouvoirs publics soient en mesure de débloquer le minimum de soutien nécessaire. C’est chose faite pour 2014 avec 7 millions d’euros pour les producteurs sous contrats. Mais après ? «Il paraît que les perspectives de recouplage pour les années 2015-2020 ne sont pas du même ordre, s’inquiète Patrick Trillon. Or, il nous faut absolument enrayer la perte des surfaces féculières sur le court et le moyen terme. C’est vital pour toute la production de pommes de terre françaises et le maintien de l’équilibre de nos productions». Ainsi, l’Unpt maintien sa demande de recouplage à hauteur de 7 millions d’euros.

Transformation : bons coefficients
Président de la section nationale primeur et régionale de l’étape, André Mainguy a souligné le «rôle économique majeur de la primeur qui vient s’intercaler entre les deux campagnes de consommation». Il a, par ailleurs, annoncé le renouvellement de la campagne radio «la pomme de terre primeur ? Il n’y a rien de meilleur !» au printemps prochain.
Un point a été fait sur la campagne de pommes de terre de conservation : les emblavements sont en hausse de 3,4% pour un total de 117 150 ha. Trois régions connaissent une forte hausse : le Nord-Pas-de-Calais avec 2130 ha supplémentaires (+5,2%), la Champagne-Ardenne (+530 ha, +5,4%) et le Centre (+4,8%, +500 ha).
La campagne de transformation semble également bien partie : «les coefficients de transformation sont bons, voire très bons, constate François-Xavier Broutin de l’Unpt. Il faut moins de pommes de terre à l’entrée des usines pour un même volume de transformation». Les calibres et la qualité sont, eux aussi, de bons nivaux.

Autoproduction de plants
Enfin, les congressistes ont débattu du dossier de l’autoproduction de plants. Cette pratique est légale pour les variétés sous protection française «à condition de rémunérer les obtenteurs», a rappelé Patrick Trillon. Un accord entre producteurs et obtenteurs est en passe d’être trouvé. Il pourrait même être signé, ces jours-ci, dans le cadre de l’interprofession des semen­ces, le Gnis.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde