Aller au contenu principal

Renouvellement des générations
Le Royaume-Uni veut mettre les agriculteurs âgés à la retraite

De l'autre côté de la Manche, l’âge moyen des agriculteurs est actuellement de 59 ans, mais 40 % des exploitants ont même plus de 65 ans.

Retraite des agriculteurs
En facilitant l’arrivée des jeunes, le gouvernement de Boris Johnson souhaite encourager une exploitation des terres plus protectrice de l’environnement.
© Pixabay

Le gouvernement britannique veut inciter les agriculteurs à cesser plus tôt leur activité. Il réfléchit à la mise en place d’une indemnité payée à l’hectare et pouvant aller jusqu’à 100 000 £ (115 000 €). Cependant la prime moyenne serait de l’ordre de 50 000 £ (57 500 €). En accélérant le départ des anciens et en facilitant l’arrivée des jeunes le gouvernement souhaite encourager une exploitation des terres plus protectrice de l’environnement. Le syndicalisme agricole britannique et la Tenant farmers Association, représentant les fermiers d’Angleterre et du Pays de Galles soutiennent ce projet qui permet une transition correcte entre générations d’agriculteurs.

George Eustice, le secrétaire d’Etat à l’Environnement, à l’Agriculture et aux Affaires rurales du Gouvernement Johnson, constate que les anciens sont plus réticents aux initiatives vertes et c’est l’une des raisons pour lesquelles il souhaite accélérer le renouvellement des générations. Les jeunes étant plus sensibles à l’environnement. Sans soutien ces générations seraient condamnées à s’accrocher à leurs terres, estime-t-il. L’âge moyen des agriculteurs est en effet actuellement de 59 ans, mais 40 % des exploitants ont même plus de 65 ans.

Une refonte des aides

Depuis le Brexit, le gouvernement britannique revoit totalement ses soutiens à l’agriculture. Il estime notamment que les agriculteurs doivent toucher plus pour des prestations à la collectivité, comme par exemple la protection contre les inondations et la biodiversité et le stockage du CO2. Ainsi, les aides directes à la surface seront progressivement supprimées, à partir de 2024 pour s’éteindre en 2028. Aujourd’hui elles représentent 61 % du revenu des agriculteurs. Si ce changement intervient, il ne manquera pas de provoquer un effondrement du revenu agricole, les prestations prévues seront loin de remplacer en totalité des aides dont bénéficient les agriculteurs actuellement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde