Aller au contenu principal

Le sexage in-ovo reste une pratique «expérimentale»

Le président du syndicat national des accouveurs Louis Perrault a fait le point sur les avancées en matière de sexage dans l’œuf, à l’occasion de l’assemblée générale du syndicat du 11 octobre.

Les différentes méthodes testées pour le sexage in-ovo des poussins se heurtent à une exigence d’industrialisation pour être adoptée par les accouveurs professionnels.
Les différentes méthodes testées pour le sexage in-ovo des poussins se heurtent à une exigence d’industrialisation pour être adoptée par les accouveurs professionnels.
© Pixabay

L’Allemagne conserve-t-elle toujours une longueur d’avance sur les technologies de sexage in-ovo ?
L’entreprise allemande Seleggt a mis au point une technologie innovante, mais qui n’est pas sans poser des problèmes techniques. La méthode est invasive ; un trou est réalisé dans l’œuf à neuf jours pour le prélèvement du liquide amniotique qui permet d’analyser s’il s’agit d’un mâle ou d’une femelle. Un réactif permet d’avoir une lecture assez rapide, mais ils ne sont capables de sexer que 30 000 sujets à la semaine. C’est très long et encore très expérimental, lorsque l’on sait qu’il y a 45 millions de femelles pondeuses en France. Une méthode aboutie dans sa technologie, mais pas encore industrialisable et non applicable en l’état pour les professionnels.

Une méthode économiquement acceptable pour les accouveurs ?
Au niveau du prix, le business model est assez «génial». Le concepteur a obtenu que les distributeurs mettent deux centimes d’euro par œuf pour les poules dont les frères n’ont pas été euthanasiés à un jour. Ce qui représente 6 euros par femelle sexée, sachant que le prix du poussin est de 2,50 euros. En France, les accouveurs seront prêts à mettre en œuvre le process dès qu’il sera à la hauteur de nos espérances.

La recherche française offre-t-elle d’autres solutions ?
La société française Tronico, dont les travaux de R&D sont financés par FranceAgriMer, se situe à peu près au même niveau que les Allemands. Leur méthode fonctionne, mais n’est pas encore commercialisable. Elle est surtout moins invasive. Ils ont réalisé dans un premier temps des tests avec un spectroscope, mais la méthode a été abandonnée car pas assez fiable. Ils utilisent aujourd’hui des biomarqueurs. Mais nous n’en savons pas plus à l’heure actuelle. En résumé, ces process ne sont pas applicables à l’échelle industrielle. Il faudra attendre encore quelques années. Ce qui pose question aux politiques, à qui il est demandé de s’engager sur des dates pour répondre à la demande sociétale en matière de bien-être animal.

Coopération franco-allemande pour mettre fin au broyage des poussins «d’ici fin 2021»

«Objectif : arrêt du broyage d’ici fin 2021»: c’est le but qu’a fixé le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume dans une déclaration commune avec son homologue allemande Julia Klöckner. Une annonce réalisée sur Twitter le 16 octobre, lors du Conseil des ministres franco-allemand à Toulouse. Le tweet évoque une «coopération en matière de technologie et de recherche», une «rencontre commune des filières» et «l’adoption d’une feuille de route». L’annonce de la fin programmée du broyage des poussins a surpris les professionnels de la filière des poules pondeuses, qui avaient rendez-vous avec Didier Guillaume mercredi 23 octobre ; une date fixée avant l’annonce franco-allemande.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde