Aller au contenu principal

Le SIA 2021 annulé, rendez-vous en 2022

Compte tenu des difficultés à organiser des événements en raison de la persistance du Covid-19, le Salon de l'Agriculture 2021 n'aura pas lieu. Ses organisateurs viennent d'annoncer ce mardi 13 octobre son report en février 2022.

L'édition 2021 du Salon international de l'agriculture qui devait avoir lieu du 27 février au 7 mars 2021 est reportée en 2022.
L'édition 2021 du Salon international de l'agriculture qui devait avoir lieu du 27 février au 7 mars 2021 est reportée en 2022.
© Salon international de l'agriculture

Adieu veaux, vaches, cochons. C'est un grand parmi les grands qui vient (encore) de tomber, victime de l'épidémie de Covid-19. Il devait avoir lieu du 27 février au 7 mars 2021 mais le Ceneca, orgnisateur du Salon international de l'agriculture (SIA) de Paris a suivi la proposition de Comexpium de reporter à 2022 le grand rendez-vous du monde agricole avec les Français.

Un choc et une responsabilité

Pour Jean-Luc Poulain, le président du comité d'organisation, c'est évidemment un choc et beaucoup de tristesse. On imagine que la décision a été difficile à prendre : « Nous en sommes tristes, mais la réalité de la pandémie fait que chacun d'entre nous doit prendre ses responsabilités vis-à-vis des exposants, des institutionnels, des équipes et bien sûr des visiteurs, a-t-il déclaré, le mardi 13 octobre. Nous ne pouvons pas prendre le risque d'un événement annulé par les autorités publiques avec les conséquences que cela entraînerait pour chacun ».

Pour « compenser » ce report et tenter d'échapper au pire, l'équipe d'organisation travaille « à construire un ou des temps forts qui, sans remplacer le Salon, permettront au secteur agricole de s'exprimer et d'être entendu », précise le comité d'organisation. « Nous ferons tout pour que ce secteur (l'agriculture) si nécessaire à notre quotidien trouve des moyens d'expression à la hauteur », a également assuré Valérie Le Roy, la directrice du SIA.`

Un CGA maintenu pour certaines catégories

Quid du Concours général agricole (CGA) dont les inscriptions étaient lancées depuis quelques jours et qui se tient d'ordinaire pendant le SIA ? « Le ministère de l'Agriculture et le Ceneca, copropriétaires de ce concours ont décidé le maintien des concours des produits et des vins dans des conditions qui seront précisées ultérieurement », indique le Ceneca. Quant aux concours « animaux », ils seront reportés à 2022. Le concours « jeunes » comme celui des « pratiques agro-écologiques » sont quant à eux en suspens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde