Aller au contenu principal

Le sirop de maïs américain va-t-il inonder le marché européen ?

Avec la libéralisation du marché, les industries alimentaires pourraient substituer l'isoglucose américain moins cher au sucre de betterave, ce qui selon des chercheurs multiplierait les cas d'obésité.

Le maïs américain va-t-il concurrencer la betterave européenne sur le marché du sucre ?
Le maïs américain va-t-il concurrencer la betterave européenne sur le marché du sucre ?
© AAP

Une fois que les quotas sucriers auront disparu en 2017, l’industrie alimentaire européenne pourrait se ruer sur l’isoglucose (ou sirop de maïs à haute teneur en fructose) américain pour édulcorer les aliments, celui-ci étant à la fois moins cher et plus facile à utiliser. C’est en tout cas ce que redoutent certains chercheurs relayés au niveau européen par bon nombre d’eurodéputés.
Aux dires de ces chercheurs, notamment danois, cette libéralisation du marché du sucre risque de provoquer une multiplication des cas d’obésité et de diabètes, comme cela a été constaté aux Etats-Unis où le sirop de maïs à haute teneur en fructose est largement utilisé, dans la mesure où il est moins cher que le sucre de betterave et le sucre de canne.
Les betteraviers européens et notamment français qui ont déjà subi en 2001 la concurrence des pays des Balkans, en particulier la Serbie-Monténégro et la Croatie, risquent une nouvelle fois d’être mis à rude épreuve par l’abolition des quotas sucriers dans deux ans. Aux députés européens qui lui ont posé la question, la Commission européenne a répondu, qu’en ce qui la concerne, elle n’a procédé à aucune étude d’impact sur la santé, des sirops de maïs à haute teneur en fructose, mais qu’elle compte «suivre ce dossier avec beaucoup d’intérêt dans le cadre de ses efforts pour promouvoir une alimentation saine».

Une question scientifique pas encore tranchée
Vytenis Andriukaitis, le commissaire européen en charge de la sécurité alimentaire et de la santé des consommateurs, a toutefois précisé que l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a indiqué dans un avis de 2011 que plusieurs études récentes sur le court et long terme, qui ont procédé à une analyse comparative de la consommation de boissons sucrées respectivement avec du fructose, du glucose et du saccharose, ont montré que l’absorption d’importantes quantités de fructose (25% de l’énergie totale) provoque «des dyslipidémies, une résistance à l’insuline et une adiposité viscérale augmentée chez les sujets sains et les sujets insulino-résistants souffrant d’hyperinsulinémie». Toutefois, a ajouté le commissaire lituanien, ces effets ne sont généralement pas observés à des niveaux de consommation de fructose plus faibles (environ 40-50 g/jour en remplacement de l’amidon ou du saccharose).
La quasi-totalité du maïs cultivé aux États-Unis est génétiquement modifié, par conséquent le sirop de glucose issu du maïs sera, lui aussi, génétiquement modifié. Cela poserait également des problèmes de santé publique et d’information des consommateurs. Le commissaire européen a répondu que les «sirops de maïs produits à partir de maïs génétiquement modifié ne peuvent être mis sur le marché que s’ils ont obtenu une autorisation, après avoir fait l’objet d’une évaluation des risques ayant démontré leur innocuité. Ils doivent également porter la mention “fabriqué à partir de maïs génétiquement modifié” sur l’étiquette».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde