Aller au contenu principal

Le sorgho : une culture à envisager dans notre région ?

Le réchauffement climatique engendre de nombreux problèmes, mais malgré tout, il offre de nouvelles possibilités de culture. Depuis cinq ans, les conditions météo laissent envisager celle du sorgho.

Le sorgho présente une diversité physiologique qui permet de prétendre à différents débouchés et différents usages. 
Le sorgho présente une diversité physiologique qui permet de prétendre à différents débouchés et différents usages.
© Arvalis-Institut du végétal

Le sorgho aime les régions chaudes. Cette graminée de la famille des poacées, originaire d’Afrique de l’Est, nécessite un cumul de températures de
1 600 à 1 980°C sur son cycle, avec une fourchette journalière comprise entre 6 et 35°C. «Chez nous, l’offre thermique est limite voire insuffisante en moyenne vingt ans. Néanmoins, en moyenne cinq ans, il semble que les départements picards présentent un cumul de températures compris entre 1 600 et 1 800°C qui permettrait la culture de variétés très précoces», annonce Anne-Sophie Colard, ingénieur chez Arvalis-Institut du végétal, lors d’un webinaire consacré à cette culture. La spécialiste prévient tout de même : «le risque de récolter tardivement ou de récolter à des teneurs inférieures à 30 % de MS, et donc de mettre en péril le stockage et la conservation, existe.»

Le sorgho présente une diversité physiologique qui permet de prétendre à différents débouchés et différents usages. Le sorgho grain est d’une taille réduite (1 à 1,4 m), plus ou moins précoce, avec une faible teneur en tanins du grain. Il est destiné à l’alimentation animale ou humaine. Le sorgho fourrager monocoupe est plus grand, plus ou moins riche en sucre, en amidon et en fibres selon les variétés. La plante est récoltée entière, pour du fourrage, la bio-énergie ou les bio-matériaux. Le sorgho fourrager multicoupe a une capacité de tallage variable et une aptitude à la repousse. Il est implanté pour le pâturage, l’enrubannage, la fauche… C’est aussi une plante de service intéressante, en tant que couvert estival. «Il s’agit d’une plante en C4, comme le maïs, dotée d’une reproduction autogame et d’une grande diversité morphologique, précise Anne-Sophie Colard. L’inflorescence en panicule est plus ou moins lâche ou compacte.» 

 

L’implantation, étape clé de la réussite. 

Romain Tscheiller, ingénieur chez Arvalis, note que «l’implantation est l’étape clé de la réussite». Celle-ci a lieu en mai, à 25 % d’humidité du grain pour les sorghos grains, et à 30 % de MS pour les sorghos fourragers monocoupes. Il s’agit d’une petite graine qu’il ne faut pas semer trop profond, dans un sol à 12°C minimum. «Les enjeux sont de préparer un lit de semences fin, de régler parfaitement son semoir, et de respecter l’écartement de l’inter-rang et la densité de semis (354 000 plantes/ha conseillé).» Comme la vigueur de la plante est modérée au départ, une fertilisation starter peut être intéressante. 

Après la levée, la plante entre en phase reproductrice, puis en floraison vers la fin du mois de juillet. La maturité est atteinte vers fin septembre ou début octobre. «La phase sensible est autour de l’épiaison, un peu avant et juste après la floraison», ajoute Anne-Sophie Colard. Le stress thermique  peu poser problème : «les températures sous 10°C à la méiose peuvent affecter la fertilité du pollen et donc le nombre de grains». 

 

Quelle conduite culturale ?

En ce qui concerne le besoin en azote, «comptez 2,3 kg N/unité de production pour un objectif de 80 à 100 qx/ha», annonce Manon Boissières, ingénieur Arvalis. 40 % de l’azote mobilisé par la culture retourne au sol sous forme organique. En phosphore et en potassium, c’est une culture peu exigeante. «Les besoins sont de l’ordre de 1 kg P/ql de grains, et 2,5 kg K/ql de grains.»

Quant à la lutte contre les adventices, l’enjeu est de mobiliser des leviers agronomiques et physiques de lutte. «Les faux semis montrent une efficacité favorisée par le semis plus tardif. Le désherbage mécanique est également intéressant, surtout la rotoétrille dans la lutte contre le Panic faux millet (au stade 3 feuilles environ), une graminée estivale très concurrentielle», explique Jean-Luc Verdier, ingénieur Arvalis. 

Des solutions chimiques sont disponibles depuis de nombreuses années. En post-semis - prélevée, il est conseillé d’utiliser des herbicides à pénétration racinaire et foliaire à action systémique (Calliprime_Xtra + Lumestra (0,2 l/ha), ou Temsa 100 (1 l/ha)), ou des herbicides à pénétration racinaire et action par contact, comme Alcance Syntec (2,5 l/ha). Les semences enrobées existent aussi. «Dès le stade 3 feuilles, un traitement de base antigraminées et antidicots doit être réalisé si besoin. Entre 4 et 8 feuilles, un rattrapage antidicots annuelles et/ou vivaces est à envisager», ajoute le spécialiste. 

 

Des ravageurs à surveiller

Parmi les différents ravageurs aériens susceptibles de s’attaquer au sorgho, certains présentent un risque de nuisibilité plus élevé que d’autres : sésamies, pyrales et héliothis. Pour les deux premiers, les solutions suivantes sont utilisables : pyréthrinoïde (nombreuses spécialités commerciales), chlorantraniliprole (Coragen) ou autres produits avec action larvicide. 

Les larves d’héliothis, elles, peuvent provoquer des dégâts en consommant les organes de reproduction et les graines en début de formation. La période de risque se situe entre floraison et stade grain laiteux-pâteux. Les produits de lutte se composent de chlorantraniliprole (Coragen).

 

Du sorgho dans une rotation courte ?

La culture du sorgho peut être envisagée en relax-cropping : des semis dans une céréale alors que celle-ci n’a pas encore été moissonnée. 
Le sorgho peut s’avérer intéressant dans un cycle de trois cultures en deux ans. «Les enjeux sont d’améliorer la robustesse du système, de diversifier les productions et d’augmenter la couverture du sol», présente Romain Tscheiller, ingénieur chez Arvalis. Par exemple, on peut prévoir des pois d’hiver semés en novembre et récolté en mai, une implantation du sorgho en mai, récolté en octobre, et l’implantation d’un orge d’hiver dans la foulée. «Le relay-cropping peut aussi être envisagé.» Cette technique de culture en relais consiste, tout comme la double culture, à produire et récolter deux cultures la même année sur la même parcelle. Autrement dit, semer une culture d’été dans une céréale alors que celle-ci n’a pas encore été moissonnée. La technique nécessite donc une adaptation du matériel de récolte pour la culture d’automne. Par exemple, il peut s’agir d’un orge d’hiver (2 rangs semés, 2 rangs fermés) avec une implantation du sorgho en mai. «Des contraintes sont néanmoins à soulever : une concurrence de la ressource en eau et une augmentation du temps de travail.» 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde