Aller au contenu principal

Le sort de Bonduelle Americas long life en suspens

Bonduelle a annoncé, le 27 septembre, chercher des investisseurs ou acquéreurs pour développer ou reprendre son activité légumes en conserves et surgelés en Amérique du nord. Le groupe français a aussi mis en place un «plan de redressement volontariste» pour faire face aux difficultés opérationnelles rencontrées sur le segment du frais sur le continent nord-américain, et annoncé ses perspectives de croissance pour 2022.

Engagé dans une stratégie de «croissance durable à impact positif», le groupe Bonduelle a annoncé vouloir privilégier le développement de ses marques propres, ce qui n’est pas évident aux États-Unis.
Engagé dans une stratégie de «croissance durable à impact positif», le groupe Bonduelle a annoncé vouloir privilégier le développement de ses marques propres, ce qui n’est pas évident aux États-Unis.
© Alix Penichou

Le groupe Bonduelle ouvre une «réflexion stratégique» pour «essayer de trouver la meilleure structure actionnariale possible» afin de développer sa division Bonduelle Americas long life, consacrée à la commercialisation des légumes et fruits en conserves et surgelés en Amérique du nord. C’est ce qu’a annoncé le directeur général du groupe Bonduelle, Guillaume Debrosse, en conférence de presse le 27 septembre. «Aujourd’hui on lance le CIM - confidential information memorandum - aux acquéreurs potentiels, aux investisseurs potentiels, et je suis certain que ça va éveiller l’attention – parce que c’est un beau business (…), qui a un track record très fort et intéressant», a-t-il déclaré.

Engagé dans une stratégie de «croissance durable à impact positif» sur la planète, la santé et la société avec, en ligne de mire, l’obtention du label international B-Corp en 2025, le groupe Bonduelle souhaite privilégier le développement de ses marques propres (Bonduelle, Cassegrain). Or, aux États-Unis, les perspectives de croissance concernent essentiellement les marques de distributeurs, a expliqué le directeur général de Bonduelle. «Ce n’est pas la priorité du groupe de se développer sur les activités de marque distributeurs, et ces développements-là nécessiteraient des capitaux employés que nous ne voulons pas dévier de notre priorité stratégique», a étayé Guillaume Debrosse.

 

Ambition faussée par Green giant

Bonduelle Americas long life (Ball) est née de l’acquisition par le groupe français, en 2007, de la société canadienne Aliments carrière spécialisée dans les légumes en conserves et surgelés. «Les opportunités de convertir cette business unit (Ball, ndlr) en business à marques se sont évanouies avec, notamment, le rachat par B&G de la marque Green giant il y a quelques années (rachat opéré en 2015, ndlr). Donc, nos perspectives de développement de marques à une taille raisonnable ont disparu sur des marchés où, quelque part, les places sont déjà prises», a expliqué M. Debrosse.

Cependant, Bonduelle n’envisage pas nécessairement de se séparer de Ball - qui a rapporté 615 ME de chiffre d’affaires (CA) cette année. Tous les scénarios sont sur la table, pour cette réflexion qui devrait durer «quelques mois», a indiqué le directeur financier du groupe Grégory Sanson. «On n’est pas du tout en train de désinvestir d’Europe ou des États-Unis, ce n’est absolument pas l’objet», a ajouté ce dernier, voulant rassurant sur l’ambition internationale de Bonduelle.

 

«Annus horribilis» sur le frais américain

Cette conférence de presse était aussi l’occasion, pour Bonduelle, de détailler ses résultats annuels 2020-2021 dévoilés fin juillet. Le groupe affiche un CA de 2,78 milliards d’euros, soit un recul de 2,7 % par rapport au précédent exercice mais une progression de 1,6 % à périmètre constant. Le résultat opérationnel courant (ROC) s’établit à 100,4 millions d’euros à taux de change courant, en repli de 7,6 % (environ - 4 % à périmètre constant). Cela s’explique notamment par «l’annus horribilis» vécue par la division du frais, en Amérique du nord, Bonduelle Fresh Americas, spécialisée dans les légumes et fruits frais en kits, bowls et snacks (668 ME de CA cette année), a souligné Guillaume Debrosse. Une année 2020-2021 marquée par des difficultés opérationnelles et liées à la pandémie : pénuries de main-d’œuvre, difficultés d’approvisionnement liés aux incendies et aux maladies, inflation des matières premières, surcoûts logistiques, croissance portée par la vente de salades en kit moins rémunératrice que les salade bowls. «On a mis en place un plan de redressement volontariste depuis près de quatre mois», a indiqué le directeur général de Bonduelle. Plan qui inclut «des hausses de prix très significatives depuis le 6 juillet 2021, pour rattraper l’inflation embarquée et aussi couvrir un certain nombre de surcoûts», une réorganisation du temps de travail, des «priorisations» sur certains produits, des «simplifications de gamme» ainsi que des investissements pour «automatiser ou semi-automatiser» les lignes de production.

 

Perspectives pour 2022

Pour l’année à venir 2021-2022, Bonduelle s’attend à contexte «hyperinflationniste» qui «nécessitera des hausses de prix [de vente] incontournables». Le groupe compte «gérer au mieux» les volumes de légumes produits alors que la récolte européenne s’annonce déficitaire, tout en reprenant les opérations de promotion sur les conserves et surgelés. Il compte aussi communiquer de manière plus «militante» en faveur d’une alimentation flexitarienne pour «un meilleur équilibre entre les protéines animales et les protéines végétales». Enfin, le groupe Bonduelle table sur une croissance d’environ 3 % de son chiffre d’affaires et un taux de marge opérationnelle courante entre 3,8 et 4 % (à périmètre et taux de change constants).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde