Aller au contenu principal

Carburant
«Le soutien au GNR passera bien à 30 centimes du litre au 1er septembre»

Vice-président de la FNSEA, Luc Smessaert détaille les conditions selon lesquelles le gouvernement s’apprête à donner un coup de pouce au secteur agricole via le prix du carburant et sa fiscalité, et les chantiers qui restent à aborder en la matière.

Les difficultés économiques que connaissent les entreprises de travaux publics, utilisatrices de GNR, ont conduit le gouvernement a repoussé d’un an encore le passage à l’achat de gazole blanc pour ces usages de travaux publics.
© D. R.

La crise sanitaire du Covid, la crise économique liée à l’invasion de l’Ukraine, désormais une sécheresse dont les effets vont peser lourdement sur les résultats des éleveurs comme de certaines productions végétales, et un constat qui touche tous les agriculteurs : des prix très hauts des carburants. Quelles sont les solutions pour aider les exploitants agricoles à passer cette période économiquement difficile ?
Il est évident que la conjonction de tous ces évènements va fragiliser de nombreuses exploitations agricoles qui ne peuvent répercuter sur le prix de vente de leur production les hausses de charges subies. La volatilité des cours des carburants, qui touche particuliers comme professionnels, permet d’illustrer les difficultés auxquelles doivent faire face les exploitants agricoles, tous les ans, quand des aléas, par nature imprévisibles, viennent impacter la vie économique de leur entreprise. Sur le cas particulier du carburant, nos demandes de soutien direct et immédiat ont été entendues, afin de limiter l’impact à court terme des prix hauts du GNR sur les exploitations.
La pérennisation de la prise en charge de 18 centimes du litre, jusqu’à fin août, suivi d’un renforcement à hauteur de 30 centimes en septembre et octobre, permettront de mieux gérer les approvisionnements nécessaires aux travaux de la fin d’année. Pour autant, nous savons qu’une telle mesure aura également pour conséquence de concentrer la demande sur ces deux mois, risquant de mener à une augmentation artificielle du prix et non du fait de facteurs géopolitiques. Nous devons donc collectivement lisser la demande sur cette période, pour ne pas créer une bulle préjudiciable à tous. Il serait contre-productif de concentrer les achats début septembre, alors que le soutien de l’État s’étalera sur deux mois, au minimum.
Par ailleurs, la réduction de la charge liée au carburant passe également par plus de sobriété du matériel, à travers leur utilisation, l’amélioration des moteurs existants, mais aussi par l’adjonction de modules électriques sur le matériel tracté, qui limite d’autant le recours à la prise de force. Nous travaillons en étroite collaboration avec le machinisme agricole pour faire émerger des alternatives au GNR, économiquement viables pour les exploitants et qui permettent de concilier les impératifs de souveraineté et de sobriété énergétique.

Au-delà de l’impact sur le résultat, ces prix hauts du GNR engendrent des difficultés de trésorerie importantes pour les exploitations, difficultés aggravées par l’avance de TICPE que consentent les exploitants lors de l’achat du GNR. Quand ce système prendra-t-il fin, pour enfin taxer le GNR agricole à son juste niveau, à la pompe ?
L’État a estimé à 270 millions d’euros le montant que la Ferme France avance tous les ans, lors de l’achat du GNR, avant d’en obtenir le remboursement l’année suivante. Ce système de remboursement partiel de TICPE sera nécessaire tant que d’autres secteurs achèteront du GNR, sans bénéficier du taux réduit agricole. Les difficultés économiques que connaissent les entreprises de travaux publics, utilisatrices de GNR, ont conduit le gouvernement a repoussé d’un an encore le passage à l’achat de gazole blanc pour ces usages de travaux publics.
En conséquence, l’intégration du remboursement agricole de TICPE doit être reportée d’un an également. Pour autant, ce n’est pas aux exploitants agricoles de supporter les difficultés économiques d’autres secteurs, et encore moins de fournir de la trésorerie à l’État ! Nous avons donc demandé le versement d’un second acompte de TICPE dès septembre 2022, pour compenser partiellement la TICPE acquittée sur les achats de GNR à venir d’ici à la fin d’année, et nous sommes en discussion avec le gouvernement pour mettre en place un système pérenne d’acomptes de TICPE.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde