Aller au contenu principal

Le soutien des banques et de la BPI est opérationnel

Les ministres de l’Economie, des Finances et de l’Agriculture ont réuni les banques, la BPI et la Médiation du crédit le 28 juillet.

Michel Sapin, Emmanuel Macron et Stéphane Le Foll présentent les modalités de mise en œuvre du plan élevage avec les banques et la BPI.
Michel Sapin, Emmanuel Macron et Stéphane Le Foll présentent les modalités de mise en œuvre du plan élevage avec les banques et la BPI.
© Actuagri

C’est, d’après le ministre des Finances Michel Sapin, dans un «très bon état d’esprit» et avec une «volonté de mobilisation» que s’est déroulée la réunion concernant les modalités techniques de mises en œuvre du plan de soutien à l’élevage avec les banques, la Banque publique d’investissement (BPI) et la Médiation du crédit, le 28 juillet, à Bercy.
Pour Michel Sapin, il s’agissait de «mettre en place les processus pour répondre aux cas les plus graves», à l’approche d’une période traditionnellement très difficile pour les éleveurs, de septembre à novembre.
Outre le ministre des Finances, les ministres de l’Economie et de l’Agriculture étaient également présents. Pour faire face à la situation critique de l’élevage, Stéphane Le Foll «ne veut pas refaire ce qui a été fait, avec des prêts bonifiés ou de trésorerie qui cinq ans après doivent être remboursés». Le dispositif s’appuie sur les cellules d’urgence départementales qui réunissent les services de l’Etat, les centres de gestion et les banques, avec deux nouveaux acteurs, la Médiation nationale du crédit et la BPI, précise le ministre de l’Agriculture.

Une réponse «pragmatique et durable»
Pour les éleveurs en difficulté, les durées de remboursement des crédits pourront ainsi être allongées, permettant de baisser les mensualités. Pour les cas très spécifiques, notamment les exploitants ayant récemment investi, les jeunes agriculteurs ou les jeunes investisseurs, il sera possible de reporter un an d’annuités en fin de tableau. Le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, considère la réponse comme «rapide, pragmatique et durable».
Rapide, car les mesures sont opérationnelles dès cette semaine, ce qu’a également souligné la BPI. Pragmatique, car elle ne nécessite pas la mise en place de grands dispositifs spécifiques : il existe déjà aujourd’hui un fonds de la BPI permettant de faire du crédit à court terme, des dispositions ont été prises pour l’adapter à l’élevage. Ainsi, la limite de 750 000 € de chiffre d’affaires nécessaire pour en bénéficier est supprimée, tout comme celle des trois ans d’ancienneté minimum. Par ailleurs, les garanties offertes par la BPI sur ces prêts pourront aller jusqu’à 70 % au lieu de 50 % habituellement. Ces garanties s’appliquent sur des en-cours existants, il ne s’agit pas de nouveaux crédits ce qui selon les ministres, correspond à la demande des agriculteurs.
Interrogé sur une titrisation possible de la dette, Michel Sapin a d’ailleurs fait remarquer que le problème actuel n’était pas de mieux savoir faire des prêts aux agriculteurs, objectif de la titrisation, mais de permettre aux agriculteurs actuellement endettés de pouvoir faire face à leurs prêts.
Pour Emmanuel Macron, l’allongement des mensualités permet aux éleveurs de «se re-projeter dans l’avenir et de prendre des décisions de long terme». Le ministre de l’Economie a également rappelé le «volet offensif», qui permet de faciliter la modernisation des exploitations via les appels à projets du Programme d’investissements d’avenir (PIA), les 20 millions d’euros destinés aux abattoirs du futur, et les 50 millions d’euros supplémentaires débloqués pour la modernisation.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde