Aller au contenu principal

Le Space, de retour sous un format hybride

Placée sous le signe du bien-être animal, la 35e édition du Space se tiendra du 14 au 16 septembre à Rennes, puis le 17 septembre en digital. Un «retour au présentiel très attendu», selon son président Marcel Denieul.

Plus de 1 000 exposants sont attendus à Rennes pour le retour du Space dans son format original.
Plus de 1 000 exposants sont attendus à Rennes pour le retour du Space dans son format original.
© Space

Trois jours sur place, un jour en virtuel : c’est la nouvelle formule hybride qu’a choisie le Space pour sa 35e édition, du 14 au 16 septembre à Rennes (Ille-et-Vilaine). Après une édition 2020 totalement numérique pour cause de pandémie, «ce retour au présentiel est très attendu par tout le monde, exposants comme visiteurs», a souligné le président du salon Marcel Denieul devant la presse, le 31 août. Covid-19 oblige, le pass sanitaire sera exigé pour tous les participants. Par ailleurs, «toutes les entrées seront digitalisées» et «deux pôles de tests seront présents aux entrées» (réservés aux «dépannages»), a indiqué Anne-Marie Quéméner, la commissaire générale du Space. Malgré les incertitudes, le salon rassemblera «plus de 1 100 exposants, une participation très forte étant donné le contexte», s’est-elle félicitée. Le Space ne communique toutefois pas d’objectif de fréquentation.

 

Bien-être animal et des éleveurs

Cette année, le Space met notamment l’accent sur le bien-être animal. Un signe que «l’élevage devient une question de société», selon son président Marcel Denieul. L’Espace pour demain sera placé sous le thème «L’éleveur et ses animaux, un bien-être partagé». «Le bien-être animal ne va pas sans le bien-être des éleveurs, c’est un préalable souvent passé sous silence», résume le responsable de ce pôle, Didier Lucas. «Après avoir satisfait les besoins en quantité et en qualité, il faut peut-être aller un peu plus loin sur le bien-être animal et les conditions de rémunération», convient celui qui est aussi président de la Chambre d’agriculture des Côtes-d’Armor. Et de prévenir : «Ce qui est acceptable aujourd’hui peut ne pas l’être demain.» Le sujet sera décliné à travers les matériels présentés au salon, mais aussi via plusieurs conférences, dont une avec le philosophe Jacques Ricot (mercredi 15 septembre).

Autre rendez-vous très attendu, le même jour : une conférence sur le Pacte vert et la future Pac avec Pierre Bascou, directeur général de l’Agriculture de la Commission européenne. «D’un point de vue macro, la Bretagne va globalement préserver ses acquis, contrairement aux réformes précédentes où elle avait beaucoup perdu, analyse André Sergent, président des Chambres d’agriculture de Bretagne. Mais ramenés à l’exploitation, il peut y avoir des changements assez importants, notamment avec les éco-régimes.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde