Aller au contenu principal

Jardin
Le sureau s’enracine pour deux jours à la citadelle de Doullens

L’une des premières fêtes des plantes créées en France se déroule chaque année à Doullens. L’édition 2022, qui sera la trente-cinquième les samedi 28 et dimanche 29 mai, sera consacrée au «suzerain des ruines», plus connu sous le nom de sureau.

Amateurs éclairés et collectionneurs de plantes se retrouvent à Doullens dans le cadre des Journées doullennaises des jardins d’agrément.
© D. R.

Dans le cadre de la Citadelle de Doullens (XVIe siècle), un des joyaux architecturaux des Hauts-de-France situé entre Amiens et Arras, l’édition annuelle des Journées doullennaises des jardins d’agrément mettra à l’honneur le sureau, un arbuste méconnu bien que populaire et plein d’attraits. Outre la présence d’une soixantaine de pépiniéristes producteurs et d’associations comme le Conservatoire des collections végétales spécialisées (CCVS), une conférence exceptionnelle sera proposée le dimanche matin par Marc-André Selosse. Professeur au Muséum national d’histoire naturelle à Paris, spécialiste des liens entre les champignons du sol et les racines des plantes, il partagera ses travaux à l’occasion de la parution de son livre L’Origine du Monde (Actes Sud).

Le «suzerain des ruines» : un arbuste plein d’atouts


Autre temps fort de ce week-end, une exposition évoquant la culture… du sureau, son utilisation au jardin (haie, bosquet), et tous les bénéfices dont le jardinier et les gourmands peuvent tirer.  Le sureau noir (Sambucus nigra L.) ou «suzerain des ruines» que l’on appelle aussi le protecteur du foyer, l’arbre-médecine, le pharmacien de la maison, le prince des décombres, l’arbre aux fées ou la vanille du pauvre, est un arbuste plein de bienfaits et d’atouts. Jean-Claude Marzec qui préside avec son association à l’organisation de la fête des plantes, le met à l’honneur en présentant, une trentaine d’espèces et de cultivars. On pourra y découvrir notamment ‘Gincho Purple’, aux ombelles roses, avec un feuillage pourpre ; ‘Madona’, aux ombelles blanches accompagnant le feuillage panaché où se mêlent le doré et le vert ; ‘Black Beauty’ arbore des ombelles rose vif se détachant sur un superbe feuillage presque noir.

Le sureau en quelques mots


Le sureau (Sambucus nigra L.) est un arbuste à la pousse rapide (jusqu’à 8 m). Il apprécie une bonne terre ordinaire, pas trop sèche, même calcaire ainsi que le soleil comme l’ombre douce. Ses ombelles ainsi que ses fruits en font un arbuste fort décoratif. Ses odeurs délicates, la diversité de son feuillage, ses propriétés médicinales, tinctoriales et culinaires en font une «plante compagne» comme la désigne Pierre Lieutaghi dans l’un de ses livres. Ses fleurs puis ses fructifications automnales sont généreuses et, après transformation, font le plaisir de toute la famille (gelées, confitures, vinaigres, moutardes, apéritifs, jus de fruits, infusions). Cet arbuste offre aussi, gîte et couvert aux oiseaux, abeilles, papillons et autres insectes.
Pour l’ex-pépiniériste Noémie Vialard, auteur de plus de 80 livres sur la nature, le jardin et «chroniqueuse-croqueuse» pour la presse, «les feuilles fournissent un purin aux nombreux pouvoirs, comme fongicide et répulsif pour les nuisibles. C’est un arbre indispensable pour la biodiversité». Dans Balades gourmandes (Delachaux et Niestlé), elle invite à déguster fleurs et baies du sureau. «À cueillir dès qu’elles s’épanouissent, les inflorescences, aux délicieuses senteurs de miel et de citron, parfument agréablement boissons ou desserts. Par exemple, elles adoucissent les confitures et les compotes de rhubarbe. Faites-en des sirops, du ‘champagne’ grâce à la fermentation, du vinaigre, des infusions pour assaisonner des plats salés ou sucrés. Elles servent aussi à aromatiser la bière.» Quant aux baies, il est recommandé de «les cueillir dès qu’elles sont bien mûres – sinon elles sont amères et laxatives – et avant que les oiseaux ne les dévorent. On peut ensuite les transformer en confiture ou en gelée, seules, ou mélangées aux coings, aux pommes... Grâce à la qualité de leur pectine naturelle, coings et pommes aident les confitures ‘à prendre’.» Apprendre à connaître et à déguster le sureau, c’est donc ce week-end à Doullens. Mais aussi plein d’autres choses à découvrir grâce à la présence de nombreux exposants.

Infos pratiques : Journées doullennaises des jardins d’agrément, samedi 28 et dimanche 29 mai, à la Citadelle de Doullens, Côte d’Amiens, à Doullens ; de 9h30 à 19h. Entrée : 6 € - Pass 2 jours : 8 €. Gratuit pour les moins de 15 ans

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde