Aller au contenu principal

Robot
Le Vector de Lely fête ses 10 ans et sa millième unité construite

En cette fin de trimestre 2021, le constructeur de machines pour l’élevage Lely fête le dixième anniversaire de son robot d’alimentation et le 1000ème modèle produit.

Vector
Installé pour la première dans une ferme laitière en 2011, le robot d’alimentation Vector est aujourd’hui également présent dans des élevages bovins viande.
© Lely

Il serait à ce jour le système d’alimentation robotisée « le plus vendu sur le marché », selon son constructeur, le fabricant de systèmes automatisés pour l’élevage, Lely. Installé pour la première dans une ferme laitière en 2011, le robot d’alimentation Vector est aujourd’hui également présent dans des élevages bovins viande.

Au fil des années, s’appuyant sur des éleveurs pionniers qui ont sauté le pas de l’automatisation de l’alimentation de leurs troupeaux, Lely a apporté un certain nombre de modifications. D’autant que selon le fabricant, « de plus en plus d’éleveurs se tournent vers l’alimentation automatisée (…) et reconnaissent aujourd’hui l’intérêt de l’alimentation automatisée ».

Pour Jelmer Ham, responsable produit Lely International, les avantages d’un robot de type Vector sont multiples : « C'est un système révolutionnaire qui, en plus des économies d'énergie et de main- d'œuvre, a un effet positif sans précédent sur la santé des vaches et l'efficacité alimentaire. Avec de nombreux repas par jour et avec plus de précision dans la ration, les nutriments contenus dans l'aliment sont utilisés de manière optimale. Le logiciel de gestion fournit des informations pertinentes sur la rentabilité, la production de lait et la prise de poids. Les éleveurs laitiers et bovins peuvent suivre l’évolution de leur marge suite à un changement de ration et ainsi améliorer leurs résultats ».

Plus précis et plus facile à utiliser

Plusieurs modifications dans la conception du robot ont été ainsi apportées : le mécanisme de fermeture du grappin et sa géométrie ont été entièrement revus pour les rendre plus précis et plus durables. Le robot mélangeur et distributeur a lui aussi été amélioré. Le corps et la vis de mélange sont maintenant en acier inoxydable. Le dernier modèle est plus facile à entretenir sur bien des aspects, et la vitesse de rotation de la vis de mélange est supérieure, pour améliorer la qualité du mélange et de la coupe. Le logiciel a lui aussi connu plusieurs évolutions.

En résumé, explique-t-on chez Lely, « au cours de ces dix dernières années, le système est ainsi devenu encore plus durable, précis et facile à utiliser ».

Si Lely a constaté avec joie une augmentation « considérable » de ses ventes du Vector l’an dernier, l’entreprise s’attend « à ce que cette tendance à la hausse se poursuive encore plus fortement ».  Elle imagine même un avenir pour l’alimentation robotisée comparable à la traite robotisée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde