Aller au contenu principal

Le volet agricole du plan d'investissement de cinq milliards

Lors du Conseil supérieur d’orientation de l’économie agricole du 2 mai, le ministère de l’Agriculture a dévoilé les derniers détails du volet agricole du Grand plan d’investissement.

Stéphane Travert a dévoilé le plan d’investissement de 5 Md€.
Stéphane Travert a dévoilé le plan d’investissement de 5 Md€.
© Ministère de l’Agriculture


C’est à un exercice de comptabilité pour le moins atypique que s’est livré le ministère de l’Agriculture pour atteindre le montant de cinq milliards d’euros, dont le candidat Emmanuel Macron avait promis de doter le volet agricole du Grand plan d’investissement (GPI). Depuis septembre, nous savons déjà, de la bouche de Jean Pisani-Ferry, chargé de l’élaboration du GPI, qu’un des cinq milliards proviendrait des fonds européens, mais c’est un mode de calcul avantageux dont les gouvernements sont coutumiers. Ils y ajoutent, en général, les fonds régionaux et départementaux, ce qui n’est pas le cas cette fois-ci.
Depuis le Salon de l’agriculture, les agriculteurs savaient que ce plan inclurait également les montants des prêts qu’ils pourraient obtenir grâce à la création de nouveaux «fonds de prêts» et de «fonds de garantie» dotés notamment par l’Etat. Il s’agissait déjà d’une étonnante innovation. Mais, depuis la réunion du Conseil supérieur d’orientation de l’économie agricole (CSO), le 2 mai, les représentants du secteur agricole savent désormais que le plan «d’investissement» contiendra aussi des «aides à la conversion bio» et les Maec de la période 2018-2022.

Fonds de prêts, fonds de garantie, Maec…
Ce volet agricole comprend donc trois parties : la première partie porte sur la «transformation de l’amont agricole». Associée à un montant de 2,8 Md€, elle comprend un «fonds de garantie» de 800 M€, une «subvention aux investissements matériels» de 500 M€, des budgets consacrés à l’«aide à la conversion bio» de 800 MÄ, et aux Maec de 540 M€, ainsi qu’un fonds de prêts à la méthanisation de 100 M€ et des soutiens aux investissements en forêt pour 140 M€. Les chiffres indiqués comprennent les financements de l’Etat et de l’Union européenne (Feader).
La deuxième partie du plan (1,7 Md€) porte sur «l’amélioration de la compétitivité de l’aval». Elle comprend un «fonds de prêts» de 1,4 Md€, une ligne de 200 M€ intitulée «fonds propres - montée en gamme», un budget de 5 M€ pour un «accélérateur PME agro-alimentaire», 25 M€ pour un «fonds de prêts participatifs pour les investissements innovants» et, enfin, un «fonds de prêts aval forestier». La dernière partie (500 M€) porte sur «l’innovation et la structuration des filières» et comprend des financements de type PIA3 ou Casdar, ainsi qu’un «fonds avenir bio».

Montant des investissements matériels
Sollicité, le ministère de l’Agriculture ne souhaite pas communiquer l’effort budgétaire supplémentaire réellement fourni par l’Etat au travers de ce plan de cinq milliards d’euros. Il ne précise pas non plus la part de plan qui relève de la programmation de la Pac 2014-2020, et de la suivante. Il indique toutefois que les fonds de prêts ou de garantie ont un effet levier estimé entre «un pour quatre» et «un pour huit» ; c’est-à-dire que pour un euro prêté par l’Etat, un agriculteur peut se voir prêter quatre à huit euros par ailleurs. C’est à cette valeur que correspondent les montants indiqués par le ministère de l’Agriculture concernant les fonds de prêts ou de garantie.
Par ailleurs, la promesse d’un «plan Marshall pour l’agriculture» et d’une «multiplication par quatre des aides à la modernisation», promise par Olivier Allain, alors conseiller agricole du candidat Emmanuel Macron, semble s’être réduite comme peau de chagrin à l’épreuve du gouvernement. En effet, la ligne «subvention aux investissements matériels» (500 M€) correspond à l’actuel Plan pour la compétitivité et l’adaptation des exploitations agricoles (PCAEA), ces fameuses «aides à la modernisation». Il s’agit donc d’un plan à 125 M€ par an (hors financements régionaux), à comparer au PCAEA de Stéphane Le Foll, qui s’élevait à 200 M€ par an (comprenant les fonds régionaux).

«Il faut regarder les choses globalement»
Pour le ministère de l’Agriculture, comparaison n’est pas raison. «Il faut regarder les choses globalement, indique-t-on. Avec Stéphane Le Foll, il n’y avait pas la diversification des outils que nous avons mis en place. Les deux politiques ne sont pas comparables.» Par diversification, le ministère entend la mise en place des fonds de prêts et de garantie : «Ces instruments permettent d’aider les agriculteurs qui ont des difficultés à accéder à certains outils de financement.» Le fonds de garantie permet notamment à des jeunes agriculteurs de lever la barrière de la garantie personnelle qui est, de plus, souvent un frein aux projets d’investissement ou de reprise, explique le ministère.

Plan d’investissement : le Modef dénonce un «cadeau de 2,2 Md» aux industriels

Réagissant à la présentation du volet agricole du Grand plan d’investissement, le 2 mai, le Modef dénonce dans un communiqué un plan «peu ambitieux» et conteste les «axes prioritaires» du gouvernement, notamment un «cadeau de 2,2 Md aux industriels et à l’agro-alimentaire». Le syndicat minoritaire dénonce également la création d’un fonds de prêts à la méthanisation, craignant «que l’agriculture devienne un sous-produit de l’énergie». Le Modef rappelle toutefois qu’il est favorable à des méthaniseurs «à taille humaine » utilisant du fumier et des déchets de collectivités. Par ailleurs, le Modef se félicite de «l’accent» mis sur certaines mesures du second pilier (aides à la conversion, Maec), tout en regrettant une «enveloppe trop faible pour espérer un changement de pratiques agricoles».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde