Aller au contenu principal

L’EBE : un indicateur nécessaire et indispensable

L’excédent brut d’exploitation (EBE) est le premier indicateur de rentabilité économique de l’exploitation. Explications.

L’excédent brut d’exploitation est un moyen d’y voir plus clair et indispensable dans la gestion de son exploitation.
L’excédent brut d’exploitation est un moyen d’y voir plus clair et indispensable dans la gestion de son exploitation.
© D. R.

L’EBE (excédent brut d’exploitation) est un élément incontournable du comptable ou du conseiller d’entreprise quand il s’agit d’analyser les résultats de l’exploitation, ou encore du banquier quand il faut financer un investissement. L’excédent brut d’exploitation est la valeur produite au cours d’un cycle de production après déduction des approvisionnements utilisés : engrais, semences, phytosanitaires, aliments… ; des services auprès des tiers : assurances, travaux par tiers, honoraires…, des impôts et taxes (non compris l’impôt sur le revenu) ; des frais de personnel : salaires, charges sociales, y compris les charges sociales du chef d’exploitation. À ce niveau, il s’agit d’un premier niveau de résultat qui mesure l’efficacité économique de l’exploitation. Il traduit la capacité du chef d’exploitation à «gagner de l’argent» en faisant son métier.
L’EBE ne prend pas en compte les dotations aux amortissements, les éléments financiers et exceptionnels. Attention, pour ceux qui ont des leasings ou des crédits baux, les paiements sont des charges externes et déduits directement de l’EBE.  Dans ce cas, il faut les prendre comme un endettement de l’exploitation (dont les annuités ne sont pas déduites de l’EBE).
En résumé, l’excédent brut d’exploitation est un indicateur permettant de connaître la rentabilité réelle d’une entreprise, c’est-à-dire la rentabilité générée uniquement par son activité opérationnelle, indépendamment de ses politiques d’investissements et de financements.

Son utilisation
L’EBE représente la capacité financière de l’entreprise. C’est la ressource financière qui permet de rembourser les annuités d’emprunt et les frais financiers. Ce qui reste constitue le revenu disponible permettant de couvrir les prélèvements privés, l’autofinancement et l’amélioration du fonds de roulement, en quelque sorte, le «renforcement» de la trésorerie de l’exploitation. Bien avoir à l’esprit que le revenu disponible n’est pas le revenu comptable.
En comptabilité, il existe des «normes», auxquels les conseillers et les banquiers se référent. Ces normes ne sont qu’un «indicateur» pour l’exploitant, mais le fait de s’y référer permet de faire face à des situations difficiles au moment d’aléas économiques ou climatiques.
Attention, ces valeurs sont données à titre indicatif, elles peuvent varier en fonction des exploitations et de leur production. Il faut prendre du recul dans l’interprétation de ces normes. Par exemple, un ratio annuités sur EBE meilleur que les moyennes de la profession ne signifieront pas forcément que votre exploitation gagne suffisamment d’argent pour couvrir tous vos autres besoins, et inversement.
L’excédent brut d’exploitation est un indicateur permettant de connaître la rentabilité réelle d’une entreprise, c’est-à-dire la rentabilité générée uniquement par son activité opérationnelle, indépendamment de ses politiques d’investissements et de financements.

En faire sa référence
La connaissance de l’EBE permet d’établir des références de l’évolution de l’exploitation. Si l’EBE vient à baisser, il faudra certainement être plus vigilant et savoir expliquer le pourquoi de cette baisse (aléas économiques et climatiques, structurels). Mais certains choix techniques ou d’orientations en termes de pratiques d’élevage peuvent expliquer ces variations ou ces baisses. Cette notion d’EBE permet d’évaluer le niveau technico économique de l’exploitation. Pour cela, il suffit de diviser l’EBE par le nombre d’hectares ou le volume de production et de se comparer à des références. Rien n’est plus simple que de se comparer pour connaître sa position par rapport aux autres, peu importe la politique d’investissement, il faut savoir se situer et se dire je suis dans le bon peloton. Rien de tel pour se rassurer dans la politique de son exploitation.

Prévoir sa trésorerie
L’évaluation de l’EBE prévisionnel est un outil d’analyse performant. En synthétisant rentabilité et trésorerie, il mesure la résistance de l’exploitation. C’est pourquoi, afin de déterminer le seuil à partir duquel l’exploitation dégage de la trésorerie ou en perd, la réalisation d’une simulation économique permettra d’aboutir au calcul du point d’équilibre qui est nécessaire. Pour réaliser ce calcul, il faut partir de l’objectif d’EBE qui est déterminé par les besoins de la famille, le remboursement des prêts et une somme allouée pour l’autofinancement et la sécurité financière de l’exploitation. À cela, on ajoute les charges proportionnelles et de structure à l’exception des amortissements et des frais financiers. Autrement dit, il s’agit de la somme à dépenser pour faire fonctionner la totalité de l’exploitation. Une fois ce calcul d’EBE prévisionnel actualisé, il déterminera le chiffre d’affaires d’équilibre à réaliser, seuil à partir duquel il faudra anticiper les risques et prévoir la trésorerie nécessaire à son équilibre.

Surveiller son évolution
L’EBE est toujours difficile à estimer, mais il est nécessaire d’évaluer ses besoins, à savoir : les besoins en annuités de prêts existants, les prélèvements privés et les annuités résultant d’un projet d’investissement. Si les ressources sont supérieures aux besoins, il sera possible de faire face par rapport à ces objectifs. Par contre, si les besoins sont supérieurs à l’EBE actuel, il faudra rechercher la possibilité de réduire ses charges, d’améliorer ses produits ou différer le projet d’investissement ou encore trouver une source de revenu complémentaire.
N’hésitez pas à prendre contact avec votre conseiller, même de manière ponctuelle, pour qu’il vous éclaire sur la stratégie à adopter sur votre exploitation, de faire des simulations et de déterminer les limites à ne pas dépasser afin de garder un bon «volant» de trésorerie pour votre exploitation. En tout cas, il est indispensable de savoir retrouver son EBE dans les documents comptables et de pouvoir déterminer ses marges de manœuvre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde