Aller au contenu principal

L'écotaxe suspendue sur tout le territoire

Devant la montée de la tension du côté des opposants, le gouvernement fait marche arrière.

"Suspension mais pas suppression" a déclaré Marc Ayrault après la réunion sur l'écotaxe, le 29 octobre. 
Le Premier ministre est entouré de Stéphane Le Foll (gauche), ministre de l'Agriculture, et de Guillaume Garot, ministre délégué à l'Agroalimentaire
"Suspension mais pas suppression" a déclaré Marc Ayrault après la réunion sur l'écotaxe, le 29 octobre.
Le Premier ministre est entouré de Stéphane Le Foll (gauche), ministre de l'Agriculture, et de Guillaume Garot, ministre délégué à l'Agroalimentaire
© Actuagri


Au-delà des agriculteurs, l’écotaxe suscite beaucoup de rejet dans un climat national où la pression fiscale est désapprouvée par la population. Devant le perron de Matignon, le 29 octobre, c’est la majorité de la presse française qui s’était réunie pour l’occasion. C’est donc après plus d’une heure trente de réunion avec les élus bretons et les ministres concernés (dont Guillaume Garot et Stéphane Le Foll) que le Premier ministre a annoncé la suspension de l’écotaxe sur tout le territoire. «Suspension mais pas suppression», a-t-il nuancé.
Pour mettre en œuvre cette taxe poids lourds, Jean-Marc Ayrault souhaite « un dialogue sincère aux niveaux national et régional». «Ce dialogue aura pour objectif d’améliorer les dispositions propres à la filière agricole et agroalimentaire», a-t-il explicité. Aucune précision n’a été apportée quant à la durée de la suspension de cette écotaxe mais le Premier ministre a spécifié que la taxe poids lourds doit «être corrigée» car elle reste «utile aux financements des infrastructures de transports, routières ou ferroviaires». «L’impératif, c’est de dis-cu-ter», a martelé Guillaume Garot, le ministre délégué à l’Agroalimentaire en écho aux propos du Premier ministre. Stéphane Le Foll, qui n’était pas prompt à répondre aux médias à la sortie de la réunion, a tout de même ajouté qu’ «un geste avait été fait». Désormais, c’est à «chacun de prendre ses responsabilités». Pour lui, cette décision «doit permettre de débloquer la situation», mais celle-ci engendrera «un coût de 800 millions d’euros».

La Fnsea participera au dialogue
A propos de la situation économique et notamment des licenciements dans les abattoirs Doux et Gad, Jean-Marc Ayrault a tenu à rappeler que «l’écotaxe n’est pas la cause de l’agroalimentaire et de sa crise», car elle n’est pas encore entrée en vigueur. Le Premier ministre en appelle désormais à tous les responsables politiques, économiques et sociaux à venir discuter de l’écotaxe mais aussi du plan Bretagne, de plan agroalimentaire et du pacte d’avenir. Les préfets de région et les ministres concernés seront mobilisés «dès demain». Les manifestations du week-end du 25 et 26 octobre ont échauffé les esprits et les «bonnets rouges», finistériens - en référence à la révolution antifiscale du XVIIè siècle - ont fait beaucoup parler d’eux dans la presse. «La confrontation doit céder la place au dialogue, et je le dis dans l’intérêt de la Bretagne et du pays tout entier», a répondu Jean-Marc Ayrault. Mais il ne semble pas qu’il ait été entendu car les fameux bonnets rouges ont annoncé sur leur compte Twitter que la manifestation à Quimper prévue le 3 novembre sera maintenue.
De son côté, la Fnsea s’engage à participer au dialogue proposé par le Premier ministre mais «refuse et refusera toujours une application qui fragilise l’agriculture et l’agroalimentaire et pénalise les territoires ruraux». Le syndicat majoritaire n’est pas «contre le principe mais contre l’application de l’écotaxe telle qu’elle était définie jusqu’à présent».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde