Aller au contenu principal

Légumes de France : un congrès de «vigilance» après les Egalim

Légumes de France (FNSEA) tient son congrès annuel les 15 et 16 novembre au Mont-Saint Michel. Le syndicat y fera notamment le bilan des Egalim et des discussions en cours sur le Projet de loi de finance de la sécurité sociale (PLFSS) et le remplacement du dispositif TODE. Concernant la loi Egalim, « nous serons très vigilants en 2019 pour qu’il y ait une réelle application pour augmenter le revenu du producteur », indique Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France. «Tout n’est pas parfait, mais il y a de bonnes résolutions», note-t-il en citant l'inversion de la construction des prix ou le relèvement du seuil de vente à perte. « Mais je ne serai satisfait que quand je verrai le résultat." Sur le dispositif de compensation du TODE, le syndicat estime «que le compte n’y est toujours pas». «C’est toujours une charge supplémentaire pour nos exploitations», juge Jacques Rouchaussé. «D’autant plus que l’on n’inscrit pas ce dispositif dans la pérennité, puisqu’il sera dégressif en 2020 et disparaîtra en 2021. Je ne peux pas me satisfaire de cette proposition», précise-t-il. Un sujet directement relié pour lui à la baisse en France des surfaces dans certaines cultures (asperges, fraises, carotte…) «au profit d’autres pays de la communauté européenne».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde