Aller au contenu principal

Solidarité
L’éleveur de moutons de Brutelles en appelle à Hanouna

Après avoir lancé une cagnotte en ligne et alerté sur sa situation par des dizaines de courriers, Philippe Dehedin compte sur le relais de «people» pour lui permettre de collecter suffisamment de fonds pour redresser la barre de son élevage.

Après un peu plus de deux ans d’activité, l’éleveur dit avoir encore un peu de mal à «avoir du recul», mais il est plus confiant qu’il ne l’était hier.
Après un peu plus de deux ans d’activité, l’éleveur dit avoir encore un peu de mal à «avoir du recul», mais il est plus confiant qu’il ne l’était hier.
© V. F.

À moins d’une dizaine de jours de Pâques, Philippe Dehedin savait déjà qu’il ne sera pas dans les temps pour ce pic annuel de consommation de la viande d’agneau. «C’est dommage, assurait-il dimanche 3 avril. Les agnelages sont arrivés trop tard et mes agneaux ne seront pas finis.» Comprendre qu’ils n’auraient pas atteints la taille et le poids minimum pour en espérer une valorisation correcte. «Si c’est pour les gâcher, je préfère les garder dans la bergerie plutôt que de les conduire à l’abattoir.» 

Cagnotte en panne

Philippe Dehedin, c’est cet éleveur installé à Brutelles, double-actif, qui lutte depuis plusieurs mois pour redresser la barre de son élevage après avoir enchaîné les tuiles. Au bord du gouffre, il a fait appel à la générosité citoyenne en lançant une cagnotte en décembre 2021. Si les donateurs ont répondu présent au début, ce qui lui a permis de régler quelques factures, il constate aujourd’hui une stagnation. La dernière contribution date en effet du 20 mars. Pour faire redécoller sa cagnotte, après avoir sollicité différents organismes, il compte encore aujourd’hui sur le soutien de «people» pour médiatiser sa situation, dont un certain Cyril Hanouna. Destinataire d’un courrier, celui-ci ne l’aurait toujours pas contacté, ce que l’éleveur regrette : «À quoi ça sert d’envoyer un courrier à Cyril Hanouna. Il répond même pas… Si vous le connaissez faites lui passer ce message...», s’était-il ému le 1er avril dernier sur le réseau social Twitter. Début mars, pendant le Salon international de l’agriculture, le réalisateur du film Au nom de la terre, Édouard Bergeon, lui avait bien apporté son soutien lors d’un direct au micro de France Bleu. Grâce à cet appel, «on a gagné 6 000 en quatre jours !», se souvient M. Dehedin. En parallèle, il dit devoir de temps en temps débusquer des arnaques : «Je reçois des messages de personnes qui disent vouloir m’aider, mais sans passer par la cagnotte en ligne et en me demandant mes coordonnées bancaires…» Louche. 

Du côté de la banque qui le suit, M. Dehedin explique être «toujours en négatif, ce qui ne permet pas d’avoir un prêt», mais, assure-t-il, «il y a une amélioration dans les comptes». Après les agnelages d’octobre, l’éleveur a pu commercialiser huit agneaux, estimant faire au mieux : «Faute d’argent, j’ai dû restreindre l’alimentation en choisissant une formule moins riche. Dans les pâtures, c’est la même chose, je dois faire l’impasse sur la fertilisation.» Dernière option, à laquelle il se refuse encore : «mettre des femelles à l’abattoir. Le but est quand même que j’en garde le maximum pour assurer le développement de l’élevage». 

Des débuts scabreux

Lorsqu’il a débuté son activité en 2019, c’est un prévisionnel trop optimiste qui l’a plongé dans la situation dans laquelle il cherche à se dépêtrer. Le premier hiver, seules cinq brebis ont mis bas sur la vingtaine qu’il comptait. Le deuxième hiver, rebelote, avec un «score» de 9 sur 20. «Si toutes les brebis n’avaient eu ne serait-ce qu’un agneau, ça passait…», rapporte M. Dehedin. Après un peu plus de deux ans d’activité, l’éleveur dit avoir encore un peu de mal à «avoir du recul», mais il est plus confiant qu’il ne l’était hier. «On a besoin des éleveurs, défend-il. Quand il n’y en aura plus, qu’est-ce qu’on mangera ? Et d’où viendra la viande ?», interroge-t-il. Preuve que sa situation s’améliore, il évoque la suite : «L’an prochain, je vais réorganiser le bâtiment mais sans investissement. On cherche à faire sans dépenser.» En attendant, il devait s’apprêter à vendre quelques agnelles de race Île-de-France «vivantes» ainsi que du fourrage qu’il stocke sous abri… en attendant des jours meilleurs.

 

Des prix record en France à l’approche de Pâques et du Ramadan

Les fêtes de Pâques et du Ramadan vont booster la demande mondiale de viande ovine tout au long du mois d’avril. Mais la France n’a pas les moyens d’y répondre. L’offre structurellement déficitaire n’affiche aucun signe de reprise. En janvier dernier, la production a reculé de 3 % en 2021 à 5 500 tonnes équivalent carcasse (téc). Selon l’Idele, les agneaux de prairie arriveront sur le marché en mai, après les fêtes. En attendant, les cours record de la viande ovine (7,54 /kg en semaine 10) entament une nouvelle période de hausse. Outre-Manche en février dernier, la production britannique de viande ovine s’est redressée de 14 % sur un an (21 000 tec). En Irlande, les abattages d’agneaux (463 000 têtes) ont progressé de 13 %. Dans les mois à venir, l’Union européenne n’a pas à redouter la concurrence océanienne. En janvier dernier, les exportations néozélandaises de viande ovine (34 130 téc) ont reflué de 14 % sur un an. En Australie, les abattages d’agneaux (10,3 millions de têtes) ont chuté de moitié l’an passé et les réformes de brebis baisse de 60 %. Les éleveurs australiens engagés dans une phase de recapitalisation depuis un an, reconstituent leur troupeau. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
L’accueil tant attendu d’un événement national pour les JA de la Somme arrive  à grand pas. Rendez-vous est donné les 24, 25 et 26 janvier prochains à Saint-Valéry-sur-Somme.
La Somme se prépare à accueillir un événement national dédié à l’installation
Fin janvier, les JA de la Somme accueilleront à Saint-Valéry-sur-Somme (80) un événement baptisé «session RGA» (renouvellement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde