Aller au contenu principal

L’emploi agricole sous les feux de la rampe à Mégacité

La chambre d’agriculture sera présente le 30 septembre à Mégacité Amiens sur le CCI Job Event. Antoine Roisin, responsable du service emploi formation présente les intérêts de ce salon pour l’emploi agricole régional. 

Sylvie Cavel, Antoine Roisin et Anne Hotte, du service Emploi-formation de la chambre d’agriculture, œuvrent chaque jour auprès des employeurs et des salariés agricoles.
Sylvie Cavel, Antoine Roisin et Anne Hotte, du service Emploi-formation de la chambre d’agriculture, œuvrent chaque jour auprès des employeurs et des salariés agricoles.
© D. R.

La chambre d’agriculture sera présente du CCI Job Event. De quoi s’agit-il ?

Cet événement, organisé par la CCI, est un temps fort pour l’emploi dans notre région. Sont prévus un job dating, des ateliers avec des experts en recrutement, des conférences ainsi que des animations entre candidats et employeurs pour se découvrir autrement. La chambre d’agriculture sera bien sûr présente sur l’espace d’exposition. Une plateforme digitale est également ouverte pour déposer offres d’emploi et CV, et organiser les mises en relation et les job dating. Les offres d’emplois des exploitations agricoles sont d’ores et déjà en ligne.

 

Pourquoi y participez-vous ?

L’emploi et la formation ont toujours été parmi les axes prioritaires de la chambre d’agriculture. La question de l’emploi est cruciale pour permettre aux exploitations de se développer. Parmi les nombreuses actions en faveur de l’emploi agricole, la participation à ce salon répond à plusieurs objectifs.

Il s’agit d’abord de faire connaître les métiers de l’agriculture qui sont très variés, tant dans les compétences que dans les niveaux de qualification. D’autant plus, qu’actuellement, les métiers de l’agriculture sont en concurrence directe avec ceux du bâtiment, notamment.

Le but est ensuite de favoriser la mise en relation entre les employeurs et les salariés (ou futurs salariés) en recherche d’emploi. C’est ce que nous faisons toute l’année grâce à notre service de bourse d’emploi. Ce salon permet de toucher plus de monde en moins de temps et de rencontrer physiquement les candidats potentiels. Il est bien évident que les exploitations ne peuvent participer à ce type d’événements. Nous servons ainsi d’interface entre les demandeurs d’emploi et les entreprises agricoles qui peuvent y avoir accès par notre intermédiaire. 

 

Quels sont les principaux enjeux auxquels l’emploi agricole doit faire face ?

Nous avons déjà évoqué la méconnaissance des métiers de l’agriculture par les demandeurs d’emploi. Il est aussi nécessaire de prendre en compte la polyvalence des missions sur les exploitations agricoles. J’irai même jusqu’à dire qu’à chaque exploitation correspond un profil particulier qui exige cette polyvalence, mais souplesse et disponibilité. Il est alors nécessaire de pouvoir former les salariés.

Les exploitations doivent également prendre en compte les attentes sociétales des salariés en matière de conditions de travail, d’autant plus que le secteur doit faire face au renouvellement des générations. De nombreux salariés partent en retraite et les jeunes salariés n’ont plus les mêmes demandes !

L’emploi agricole doit tenir compte des temps partagés pour des exploitations qui n’ont pas besoin de main-d’œuvre à temps plein ou sur toute l’année. Le groupement de la Somme permet de répondre à cette problématique. Sa création a marqué une belle avancée.

 

Quelles sont les actions mises en place par la chambre d’agriculture en faveur de l’emploi ?

La bourse d’emploi permet de mettre en relation les salariés et les employeurs de main-d’œuvre. Dans ce cadre, nous accompagnons également les agriculteurs à définir leur offre d’emploi, notamment hiérarchiser les compétences recherchées. Il est important de prioriser les missions et les compétences principales.

La chambre d’agriculture continue également à intervenir dans le cadre des formations CQP salarié polyvalent (Certificat de qualification professionnelle) aux CCPPA de Péronne et du Paraclet. Il s’agit d’une formation diplômante sur huit mois, à destination des demandeurs d’emploi, souvent en reconversion professionnelle.

Nous proposons aussi de nombreuses formations aux salariés comme aux agriculteurs, sur des thématiques très variées. Notre catalogue des formations sera d’ailleurs mis en ligne fin septembre-début octobre sur le site des chambres d’agriculture (hautsdefrance.chambre-agriculture.fr).

Nous accompagnons aussi les agriculteurs dans le cadre du dispositif Défi emploi qui permet de former un nouveau salarié directement sur l’exploitation.

Enfin, nous accompagnons également l’Association des salariés agricoles de la Somme dans ses actions qui intervient, par exemple, sur les métiers dans les agences Pôle emploi.

 

Quel message souhaitez-vous faire passer au CCI Job Event ?

L’agriculture offre un large panel d’emplois, souvent à proximité de chez soi. Même sans diplôme agricole, mais avec motivation, on peut trouver du travail. J’incite les demandeurs d’emploi à se rapprocher de la bourse d’emploi. Ils pourront s’y inscrire. J’incite de même les employeurs.

 

CCI Job Event
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde