Aller au contenu principal

Documentaire
L’érosion des sols au-delà des clichés dans un film

Le documentaire-enquête «Paysans du ciel à la terre» réalisé dans les Hauts-de-France s’intéresse à l’importance de la vie dans les sols pour limiter le phénomène des coulées de boue. Des séances en avant-première sont organisées dans la région jusqu’à sa sortie officielle le 11 mars.

Qu’est-ce qui a bien pu amener un photographe (Philippe Fruitier), un enseignant (Hervé Payen) et une musicienne (Agathe Vannieu) à vouloir réaliser un film «enquête» sur le phénomène d’érosion des sols dans les Hauts-de-France ? «Des images traumatisantes», expliquait le 12 janvier dernier, à Arras, le photographe et vidéaste aérien, Philippe Fruitier, lors d’une séance en avant-première. Ces images, ce sont celles de coulées de boues traversant les champs et y laissant leurs traces, vues depuis le ciel. Le sujet, on le sait, est sensible. L’équipe du film se défend pourtant d’avoir voulu réaliser un film «de plus» sur l’agriculture et ses impacts sur le paysage quand ils sont pesants, et d’alimenter des clichés : «On a eu des gens dans l’équipe qui ne partageaient pas cette façon de voir les choses et qui sont partis. Nous, on n’a pas voulu verser dans l’agribashing», raconte M. Fruitier. 

Engagés dans le changement

Après le temps du constat, réalisateur et narrateur mettent en avant des agriculteurs qui s’engagent à faire «autrement». Le résultat, c’est une succession de portraits d’agriculteurs - des «bios» installés sur des fermes de taille diverse, d’autres engagés dans l’agriculture de conservation des sols (ACS) ou la régénération des sols -, mais aussi le responsable agricole d’un géant de l’agroalimentaire, un ingénieur agronome, l’animatrice d’un organisme chargé de la gestion de l’eau, le maire d’une commune rurale, un professeur du Museum national d'histoire naturelle de Paris (Marc-André Selosse), ou encore une naturopathe. Chacun y livre alors ses efforts et engagements pour redonner de la vie aux sols, comme son ressenti lorsqu’il ne travaille pas directement avec la terre. «On est tous concernés, y compris les consommateurs qui doivent soutenir par leur acte d’achat des pratiques qui détruisent moins les sols», souligne ainsi Agathe Vannieu.

Ces intervenants dans le film, ont-ils été faciles à convaincre ? Pour Hervé Payen, cela ne fait aucun doute : «Les agriculteurs qu’on a rencontrés étaient contents qu’on leur donne la parole pour expliquer ce qu’ils font.» Le film «Paysans du ciel à la terre», c’est trois ans d’enquête, de rencontres et d’échanges pour un résultat qui se veut pédagogique.

Un film pour tous publics

Quand on parle «changement de pratiques», on pense bien évidemment aux pratiques agricoles, mais pas seulement, comme le suggère M. Fruitier : «Les décideurs ne sont pas toujours au courant de ces enjeux…» En tant que citoyen, on l’entend à différentes reprises dans le film partager son propre vécu. «On est tous concernés, y compris les consommateurs qui doivent soutenir par leur acte d’achat des pratiques qui détruisent moins les sols», souligne ainsi Agathe Vannieu. Ce film a-t-il changé leur propre vision des choses ? La réponse est «oui» : «On a tous des certitudes, mais la réalisation de ce film les a bousculées…», confie Philippe Fruitier. «Il faut de la nuance et ne pas croire que tout est blanc ou noir.» Pour son narrateur, le film s’adresse enfin à «tous» : «On peut le montrer à tout le monde, aussi bien agriculteurs que grand public ou élus et étudiants. Nous avons avant tout voulu sensibiliser les gens en espérant les convaincre qu’il y a urgence à changer les choses.» 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde