Aller au contenu principal

Les acteurs de la filière miscanthus font leur entrée au Salon de l'agriculture

Présents pour la première fois au Sia, les acteurs de la filière du miscanthus surfent sur la vague écologique. «Le miscanthus est un produit très écologique, déclare Alain Jeanroy, président de France Miscanthus. A compter de 2018, c'est une culture éligible aux SIE» (Surfaces d'intérêt écologique). Les surfaces en production sont estimées à 5 500 ha cette année, en hausse de quelque 10 % par an depuis 2015. Un des atouts mis en avant est que le miscanthus demande «zéro intrant» après les deux premières années d’implantation du rhizome. Il est d'ailleurs utilisé dans la protection des ressources en eau, comme sur l'aire d'alimentation de captage à Ammertzwiller (Alsace). Si les deux tiers de la production restent valorisés en chauffage, la litière pour animaux offre de plus en plus de débouchés avec aussi le paillage horticole. «La litière de miscanthus offre un pouvoir absorbant trois fois supérieur à celui de la paille, affirme Alain Jeanroy. Adaptée pour les volailles, bovins, équins, elle diminue beaucoup les maladies. Son pH neutre permet d’en faire un excellent compost

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde