Aller au contenu principal

Agriculture bio
Les agriculteurs bio comptent sur l’Élysée et Pompili

À l’appel de la Fnab (agriculteurs bio), environ 200 manifestants se sont réunis le 2 juin sur l’esplanade des Invalides sous le mot d’ordre « la bio à poil » afin de protester contre le PSN français, la déclinaison nationale de la Pac. Ils ont ensuite été reçus par la ministre de la Transition écologique.

Rencontre FNAB - Pompili
Rencontre hier à l'issue de la manifestation aux Invalides entre la FNAB (agriculteurs bios) et la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili.
© Ministère de la Transition écologique

À l’issue de la mobilisation qui se tenait hier aux Invalides à Paris, les représentants de la Fédération nationale de l'agriculture biologique (FNAB) ont rencontré la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili ; laquelle s’est réjouie sur son compte Twitter de cette entrevue en déclarant avoir vécu « de riches échanges » avec la FNAB. Très à l’aise, elle a déclaré ensuite que son ministère « sera toujours présent aux côtés des agriculteurs bio pour les soutenir dans une transition à grande échelle et permettre à tous les Français d’avoir accès à des produits de qualité ».

« Nous n’avons plus grand-chose à espérer coté ministère de l’Agriculture », a regretté le nouveau président de la Fnab, Philippe Camburet, évoquant son souhait de voir aussi le ministère de la Santé s’emparer du sujet.

Evoquant six demandes de rencontre restées sans réponse auprès de Julien Denormandie, la Plateforme pour une autre Pac, rassemblant la Fnab, des ONG, ainsi que la Confédération paysanne, indiquait hier avoir obtenu un rendez-vous à l’Élysée le 10 juin prochain.

« Le ministre n’est plus le bon interlocuteur, donc nous passons au-dessus », déplore quant à lui Mathieu Courgeau, président de Pour une autre Pac. Les antennes européennes des organisations de la plateforme, confie-t-il, commenceraient par ailleurs à travailler avec la Commission européenne « pour lui monter que le PSN français n’est pas à même de répondre aux objectifs du Green deal ».

Ancien président des Jeunes Agriculteurs, agriculteur en Saône-et-Loire et aujourd’hui député européen, Jérémy Decerle a quant à lui, toujours depuis le réseau Twitter, déclaré être « agacé par une démagogie verte mieux-disante mais inopérante (…) Quand on préfère jouer les victimes et de faire de la politique pour pas cher, on dit beaucoup de bêtises ». Réagissant à la mobilisation parisienne du 2 juin, il dit regretter « une mise en scène qui n’engage pas à se convertir (à l’agriculture bio, ndlr) ».

Decerle

Le député de l’Aisne, Julien Dive, s’est montré lui aussi très critique sur l’attitude de la ministre Pompili, vis-à-vis des agriculteurs bios : « Le rôle du ministère de la Transition écologique est d’être présent aux côtés de tous les agriculteurs, sans distinction. De les accompagner, d’être à leur écoute et certainement pas de créer des échelles de valeurs et de les opposer entre eux ». Et l’élu axonais, fan de football, d’adresser un « carton rouge » à la ministre samarienne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde