Aller au contenu principal

Les agriculteurs mobilisés devant des hypermarchés E.Leclerc

Ce samedi matin, des agriculteurs de la Somme distribuaient des tracts aux clients des hypremarchés E. Leclerc de Rivery, Montdidier et Pont-Rémy, pour dénoncer la « désinformation » faite par le PDG de l'enseigne.

Les agriculteurs faisaient une action de communication aux consommateurs devant des hypermarchés E.Leclerc de la Somme.
Les agriculteurs faisaient une action de communication aux consommateurs devant des hypermarchés E.Leclerc de la Somme.
© Alix Penichou

« Bonjour, nous sommes agriculteurs. Nous demandons une meilleure répartition des marges. » Ce samedi matin, un peu plus d'une trentaine d'agriculteurs répondaient à l'appel à mobilisation de la FDSEA 80 et des Jeunes Agriculteurs et distribuaient des tracts aux clients des hypermarchés E. Leclerc de Rivery, Pont-Rémy et Montdidier.

Le but : dénoncer la « désinformation » récente de Michel Edouard Leclerc, PDG de l'enseigne du même nom. Celui-ci agite la menace d'une flambée des prix en hypermarché, alors que les Etats généraux de l'alimentation, qui réunissent tous les acteurs des filières agricoles (producteurs, transformateurs, distributeurs), tentent d'aboutir à une meilleure répartition des marges, et une prise en compte des coûts de production.


Des consommateurs solidaires

« Monsieur Leclerc annonce une hausse des prix de 5% à 15% sur des milliers d'articles alimentaires, sous prétexte d'aider les agriculteurs, explique Christophe D'Halescourt, éleveur à Hescamps. Alors que 6% du prix du panier alimentaire seulement nous revient. Sur un chariot de courses entier, les produits alimentaires représentent environ 40%. Il n'y a qu'à faire le calcul... Ca ne signifie sûrement pas une telle augmentation pour les consommateurs. »

Une mobilisation plutôt bien accueillie des clients. "Quand vous n'existerez plus, on n'aura plus rien à manger", encourage Thierry, au volant de sa voiture. Michel et sa fille Stéphanie, habitués du magasin, sont aussi d'accord : "On sait bien que le producteur est le lésé. Ils ont bien raison de montrer leur mécontentement."

Des discutions avec les directeurs

Dans les trois hypermarchés ciblés, des représentants JA et FDSEA 80 ont pu discuter avec les directeurs. Le directeur de Rivery, Monsieur Leclair, dit « comprendre le mécontentement des agriculteurs. C'est bien pour ça que nous nous engageons à vendre des produits des Hauts-de-France ». Mais Françoise Crété, présidente de la FDSA, tenait à ce que le magasin local fasse remonter le message à la hiérarchie : « Nous voulons rétablir la vérité sur le faux message que Michel Edouard Leclerc veut faire passer aux ménages. Et nous voulons qu'il s'engage dans des prix plus justes pour les producteurs. » Et de prévenir: « Nous mènerons des actions beaucoup plus fortes si rien ne change ! »

Alix Penichou

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde