Aller au contenu principal

Les Allemands se préparent à augmenter leur production de lait

En Allemagne, l’État et certains Länder ciblent les aides publiques en faveur des ateliers de grande taille.

Stock d'ensilage pour la production de biogaz. Activité rémunératrice pour les éleveurs, la méthanisation pourrait finir par entraver la production laitière, en entrainant une augmentation du prix du foncier et une forte demande en maïs.
Stock d'ensilage pour la production de biogaz. Activité rémunératrice pour les éleveurs, la méthanisation pourrait finir par entraver la production laitière, en entrainant une augmentation du prix du foncier et une forte demande en maïs.
© Christian Gloria



Premier producteur de lait européen, l’Allemagne semble offrir à ses producteurs des conditions plus favorables pour se développer qu’aux Français : les seuil pour les installations classées sont supérieurs, le niveau d’exigence en qualité du lait est moindre sur les grilles de paiements et l’équarrissage est en partie pris en charge par les pouvoirs publics. Ils bénéficient également d’un avantage fiscal important, puisqu’ils sont soumis à un régime de TVA particulier, qui leur permet de vendre à un taux de TVA supérieur à celui appliqué à leurs achats et de conserver la différence. Ils sont aussi nombreux à s’être lancé, avec des subventions, dans les énergies renouvelables, en particulier la méthanisation, qui leur offre un revenu complémentaire.
A l’aune de la sortie des quotas laitiers, en 2015, on se prépare à augmenter la production Outre-Rhin. «Les éleveurs allemands, notamment du nord, investissent dans des bâtiments, dans du cheptel», explique Gérard You, économiste à l’Institut de l’élevage. Pour ça, ils ont bénéficié de programmes de soutiens publics : «L’État et certains Länder ciblent les aides publiques à l’investissement à des ateliers de grande taille», a constaté Gérard You. Une différence d’approche par rapport à la France, qui a fait bénéficier de ses enveloppes d’aides à la modernisation des bâtiments avec des critères très larges, ce qui permet à beaucoup d’exploitations d’en bénéficier, mais de toucher moins par exploitation.

Méthanisation à double tranchant
La méthanisation, qui consiste à créer de l’énergie à partir des déjections animales, est parfois regardé avec envie par les éleveurs français. «La politique énergétique allemande a eu un effet incitatif à investir dans des unités de méthanisation. Dans des exploitations laitières, lorsqu’il y a eu une crise en 2009, la méthanisation a permis d’amortir le choc, car c’est une activité contractualisé avec un prix garanti, qui offre une sécurité», analyse Gérard You.
Mais lorsque on prend de la hauteur, ce développement de la méthanisation a aussi des effets pervers. Il pourrait même finir par entrainer une baisse de la production laitière, au profit du maïs : «Il a un effet concurrence, puisque ça devient une politique de subventionnement de maïs fourrage qui entre dans le processus de méthanisation. Ca participe à la cherté du foncier, de la location, et ça met en tension la filière laitière. En logique de production, l’impact reste à voir, même si pour l’instant, on ne constate pas que ça freine la croissance de la production laitière en Allemagne», pondère l’économiste.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde