Aller au contenu principal

Les appelants doivent rentrer à la maison

Malgré les mesures de confinement imposées par le gouvernement, peut-on continuer à aller entretenir ses appelants au marais ? Éléments de réponse avec Thierry Delefosse, directeur de la fédération des chasseurs de la Somme.

© FDC80

Pour répondre aux nombreuses questions des chasseurs détenteurs d'appelants sur la possibilite de se déplacer de leur domicile jusqu'au lieu où sont élevés leurs oiseaux, la fédération départementale des chasseurs a interrogé la préfecture de la Somme et publie sa réponse sur son site Internet et les réseaux sociaux.

« Sur la question des appelants, la période de chasse étant arrivée à son terme, les appelants doivent en majorité être sortis des marais et rentrés en basse-cour. A défaut, nous ne pouvons qu'inviter les acteurs de la chasse, qui restent souverains dans leurs décisions, à faire au mieux pour gérer cette situation en trouvant le cas échéant les modalités collectives d'organisation qui soient en conformité avec les directives gouvernementales en matière de lutte contre la propagation de l'épidémie », répond la préfecture de la Somme.

Pour le directeur de la fédération des chasseurs de la Somme, Thierry Delefosse, le message est donc « clair » : « On évite de laisser les appelants au marais, mais si on ne peut pas faire autrement on peut aller les nourrir en prenant toutes les précautions, en limitant les déplacements, voire en s'organisant avec les voisins ».

Pour aller jusqu'au marais, la fédération des chasseurs rappelle l'obligation d'être porteur d'une attestation de déplacement dérogatoire, d'un permis de chasser validé, et par précaution, d'une copie de cette réponse, ainsi que du flash info sur le sujet réalisé par la Fédération nationale des chasseurs et signé de son président Willy Schraen.

Pour télécharger l'attestation de déplacement dérogatoire :

http://www.fdc80.com/modules/telechargements/fichiers/267/attestation_de_deplacement_derogatoire.pdf?fbclid=IwAR1YO1YvVC_3B2kFGlhe5BOUfQkZGz6f5YiABV0IxQF65qUQH-mtJWp9FcU

Pour télécharger le communiqué de la Fédération des Chasseurs de la Somme :

http://www.fdc80.com/modules/telechargements/fichiers/270/200323_fdc80_appelants.pdf?fbclid=IwAR2daFWfVstmK7nueynKTIDwURXxWdY6aWL1cMO8yPNkcpNvHgB0MEVAmLA

Pour téléchargez le Flash Info de la FNC :

http://www.fdc80.com/.../telechargements/fichiers/268/2020031...

« La situation peut évoluer rapidement et dans ce cas, cette mise au point rédigée le 23 mars au matin ne sera plus d'actualité. Nous vous tenons informés de l'évolution », assure Thierry Delefosse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde