Aller au contenu principal

Cipan & SIE
Les appels à ne pas semer dans le vent se multiplient

La profession agricole maintient la pression sur l'Etat et son administration pour obtenir une dérogation à l'implantation des couverts végétaux pièges à nitrates (Cipan) et à vocation de surfaces d'intérêt écologique (SIE) compte tenu des difficultés d'implantation.

couverts sécheresse
A quoi bon semer dans des sols trop secs pour espérer une levée des couverts, estiment les agriculteurs des Hauts-de-France qui poursuivent leurs opérations de sensibilisation des pouvoirs publics pour obtenir une dérogation.
© V.F.

A mesure que la date butoir pour l'implantation des couverts de type Cipan et SIE se rapproche, la pression ne faiblit pas. La profession agricole continue de multiplier les appels du pied auprès de l'Etat et de ses services déconcentrés en région pour obtenir une dérogation à l'obligation de semis. En cause : la sécheresse qui compromet les chances de levée. Pour Marie-Françoise Lepers, la secrétaire générale de la FDSEA de la Somme, « on est face à une situation irréaliste. On nous oblige à semer des couverts en sachant très que rien ne lèvera... C'est un énorme gâchis ! ».

Ce jeudi 1er septembre, avec d'autres agriculteurs adhérents de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs, elle participait à une opération de sensibilisation des pouvoirs publics en installant sur des bâches marquées à la peinture les revendications de la profession. Cible de l'opération : la Première ministre, Élisabeth Borne, qui effectuait un déplacement dans le département de la Somme. Plusieurs banderoles ont ainsi été déployées le long du tracé emprunté par Mme Borne, d'Airaines à Amiens. « Le but de l'opération n'était pas de perturber cette visite, rappelait Marie-Françoise Lepers, mais de faire passer quelques messages ».

semis SIE sécheresse

« Un cadre, mais pas de carcan »

Dimanche dernier, lors de l'inauguration de Plaine en Fête, le sujet de la sécheresse et de ses conséquences était déjà sur toutes les lèvres, avec en ligne de mire l'obtention d'une dérogation à l'obligation de semis : « Nous réclamons de la liberté. Quand ça ne peut pas lever, on ne doit pas semer. Quand la prairie naturelle ne pousse plus, nous devons pouvoir y semer de la luzerne ou du méteil. Un cadre, mais pas de carcan », avait défendu le président de la FDSEA 80, Denis Bully. Depuis, les élus continuent de demander une autorisation de ne pas semer les Cipan et SIE qui ne lèveraient pas faute de sécheresse et pas de sanction pour ceux qui ont semé́ mais dont les plantes ne lèvent pas.

Ce vendredi 2 septembre matin, une nouvelle mobilisation est prévue, cette fois sous la forme d'une conférence de presse. Le rendez-vous est pris chez un agriculteur de l'Amiénois qui a semé des couverts, sans encore apercevoir une quelconque levée. Début de semaine prochaine, une rencontre sur le terrain pourrait également avoir lieu avec le nouveau préfet de la Somme.

Mobilisation à Beauvais

Dans le département voisin de l'Oise, FDSEA et JA, confrontés à la même problématique, ont prévu un rassemblement devant la préfecture à Beauvais, le même jour : « Les agriculteurs de l'Oise sont à bout », résume le président de la FDSEA 60, Régis Desrumaux. Les raisons ? Elles sont multiples, comme le décrit le responsable professionnel : « Nous sommes inquiets face à la sécheresse, l’impossibilité de semer les prochaines récoltes de colza, l’inquiétude sur les récoltes à venir des betteraves qui souffrent du manque d’eau, la très mauvaise récolte d’ensilage de maïs pour alimenter les animaux, s’ajoute l’absurdité des décisions de l’administration qui impose à ce jour de semer des couverts intermédiaires (CIPAN) pour couvrir le sol dixit la réglementation PAC. Les agriculteurs ne peuvent pas travailler le sol, tellement le manque d’eau rend impraticable la terre. Quel intérêt de semer ces cultures alors qu’il n’y a pas de pluie ? En plus de pouvoir être semée, la graine a besoin d’eau pour pousser…. » Seulement, poursuit M. Desrumaux, « l’administration reste sourde à ce qui semble être du bon sens ».

La Région apporte son soutien

Mobilisés chacun à leur manière, FDSEA et JA ont reçu le jeudi 1er septembre un soutien politique : celui de la Région Hauts-de-France. Dans un courrier adressé à Georges-François Leclerc, le préfet de région, Xavier Bertrand et sa vice-présidente chargée de l'agriculture Marie-Sophie Lesne rappellent au représentant de l’État le contexte dans lequel les agriculteurs sont plongés en raison d’une sécheresse persistante : « Les agriculteurs nous ont fait part de leur inquiétude et de leur colère face à une décision – celle qui les obligent à semer Cipan et SIE avant le 7 septembre (ndlr) -, qu’ils estiment peu réaliste (…) Dans la mesure où 12 litres de GNR sont nécessaires pour semer un hectare de culture en SIE et que la majorité des semis ne prendra pas, ce serait un gâchis énergétique », pointe la Région. A l’heure de la sobriété recommandée, maintenir une obligation vouée à l’échec fait tâche. Ce pourquoi les élus régionaux appuient la demande de la profession agricole de « suspendre l’obligation réglementaire de plantation des SIE sur l’ensemble du territoire régional pour 2022 ». 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

La coopérative Sodiaal a un nouveau président

Le conseil d’administration de la coopérative Sodiaal, réuni ce mercredi 19 juin à Pau à l’occasion de l’Assemblée…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

En raison des mauvaises conditions climatiques, au semis puis au printemps, le potentiel de rendement des céréales à paille  est dégradé.
Un potentiel dégradé en céréales à paille pour la France

Pluies et manque d’ensoleillement ont grevé le potentiel des céréales à paille ; le rendement de l’orge d’hiver est déjà…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde