Aller au contenu principal

Les arrachages en conditions humides ont pesé lourd sur la tare terre

Le bilan de la campagne 2012-2013 à l'usine de Vecquemont.

Les livraisons de plants assurées par Roquette battent leur plein.
Les livraisons de plants assurées par Roquette battent leur plein.
© Nicole Ouvrard

La galère pour de nombreux producteurs de pommes de terre féculières pour sortir les pommes de terre de la récolte 2012. La bordure maritime et le Doullennais ont été les deux secteurs les plus pénalisés. Au final, environ quatre-vingt dix hectares sont restés en terre. Un second tracteur a souvent étéplacé devant la machine et les chantiers d’arrachage ont été très ralentis. En conditions acceptables, pas question de compter les heures.
A souligner, la décision de Roquette de prolonger de quatre semaines supplémentaires la période pendant laquelle ont été appliquées les conditions particulières de pré-campagne. De plus, l'industriel a réceptionné tous les camions. La pénalité pour tare supérieures à 30 % soit 240 euros par camion a été annulée. Sur les mois de novembre et décembre, près de 600 camions étaient pénalisables au titre d’une tare terre supérieure à 30 % sur un total de 854 pour toute la campagne.
Malgré tout, avec 52 tonnes à l’hectare à 17% de richesse et une densité moyenne de 21,3%, la récolte des livreurs de la coopérative de Vecquemont a été globalement satisfaisante. Cela étant, compte-tenu des soucis d’approvisionnement en plants et des problèmes de boulage en Kardal, variété travaillée en semaine spécifique, le volume global réceptionné n’a couvert que 99 % du tonnage contracté entre la coopérative et Roquette.

Un effet malus indéniable
Au cours de la période critique de la semaine 45 à la semaine 52 incluse, la tare terre s’est située entre 13 % et plus de 16 % soit de trois à cinq points de plus que l’année précédente. En revanche, toutes les réceptions en 2013 ont été faites entre 7,5 et 9 % de tare soit de 0,5 à près de trois points inférieurs à l’an dernier sauf la dernière semaine dont le taux de tare est repassé de 1,2 point au-dessus de celui de 2011. Au final, le taux de tare moyen s’est situé à 13, 15 % contre 11, 4 pour la récolte 2011.

Plantations 2013, çà démarre
La rigueur de l’hiver s’étant longuement prolongée cette année, c’est seulement en début de semaine dernière que les planteuses ont fait leur apparition avec une à deux semaines de retard par rapport à 2012. Les premiers échos de la plaine sont positifs sur les conditions agronomiques. La pluie, plutôt légère, a fait son apparition sans interrompre durablement les chantiers. Les livraisons de plants assurées par Roquette battent leur plein. La réception ne doit pas être négligée.
Comme chaque année, l’Unpt tient à la disposition des intéressés, un document de suivi pour se prémunir de tout problème au cas où. Il sera communiqué sur demande auprès du secrétariat de la coopérative au 03 22 53 30 38 ou par mail à coopvecquemont@hotmail.fr.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde