Aller au contenu principal

Les asperges blanches du Vimeu sortent de terre

Producteur d’asperges depuis plus de dix ans à Embreville, Frédéric Delignières nous explique cette culture.

© AAP


En matière d’asperges, Fréderic Delignières est un connaisseur. Producteur d’asperges depuis plus de dix ans à Embreville dans l'ouest de la Somme, il a maintenant trois hectares et demi de plants en production et un et demi en pépinière qui produiront dans trois ans. Il cultive par ailleurs des betteraves, du lin et des céréales sur une soixantaine d’hectares.
Pendant la saison qui démarre en avril, Fréderic Delignières se rend chaque semaine sur les marchés de Dury le vendredi matin et d'Abbeville le samedi matin pour y vendre sa production cueillie la veille. Quant à son épouse, Sylvie, elle vend les asperges au magasin de la ferme du mercredi au dimanche. «Chaque année, courant avril nous retrouvons nos clients sur les marchés ou au magasin, et nous en sommes ravis. Depuis 2002, l’année où nous avons ouvert notre magasin, nous avons tissé des liens avec nos clients. Dès qu’un rayon de soleil pointe son nez, ils sont là et nous essayons de répondre à leur demande», témoigne Sylvie Delignières.
L’asperge de la région est blanche. Elle pousse à l’abri de la lumière sous une butte bâchée. Dès qu'elle sort de terre, elle est cueillie. La cueillette stimule la pousse et c’est en moins de vingt quatre heures que l'asperge pointe sort de terre. «La récolte s’étale sur huit semaines jusqu'à la mi-juin. En diversifiant les variétés, je varie la taille et la précocité. Cultiver une asperge blanche est plus compliqué qu’une verte car il faut la cueillir alors qu’elle est encore dans le sol et la préserver de la lumière», explique Frédéric Delignière. En été, la plante se régénère et stocke les nutriments dont elle aura besoin pour la récolte suivante et à l’automne, les feuilles sont broyées.

A l'abri de la lumière
L’asperge a besoin de froid l’hiver et d'un printemps relativement doux afin de produire davantage et plus longtemps. «C’est un métier qui s’apprend au fil des années : autant pour la technique culturale que pour le conditionnement ou la commercialisation. La filière est moins structurée dans le nord de la France», ajoute-t-il.
Une fois récoltée l’asperge est lavée, triée, conditionnée et présentée sur les étals de Frédéric et Sylvie Delignières. «Il n’y a pas de prix fixe pour la vente, mais nous essayons de garder un prix raisonnable, entre 6 et 7 euros le kilo, malgré la demande qui augmente. Nous en vendons principalement aux habitants des alentours, aux touristes mais aussi aux restaurateurs de la côte. C’est valorisant de faire une culture peu courante dans la région et de vendre nous même ce que nous produisons», s’enthousiasme Fréderic Delignières.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde