Aller au contenu principal

Les associés de l’Earl Rougegrez-Camus : «notre priorité, le lait»

Des éleveurs laitiers qui aspirent à être rémunérés justement, à la hauteur de leur travail.

© AAP + DR


Après avoir été agent au service de remplacement puis salarié dans une autre exploitation, Nicolas Rougegrez a rejoint, à Gaudiempre (62), l’exploitation de ses beaux-parents, Francine et Jean-Louis Camus, en tant que salarié. Son installation vient de se réaliser sur l’Earl Rougegrez-Camus tout récemment créée. «Nous visons prioritairement la production laitière qui doit représenter plus de 50 % de notre revenu», explique Nicolas Rougegrez.

Un bâtiment fonctionnel
En 2007, la mise aux normes de l’exploitation a été faite avec l’installation d’une salle de traite par l’arrière «sortie rapide» et la construction d’un bâtiment de 3 800 m2 pour héberger les génisses, vaches laitières et la nurserie.
L’équipement de traite s’avère pratique grâce à la sortie rapide des vaches. Ce système de sortie a cependant nécessité la mise en place de couloirs de retour, où l’eau de lavage a tendance à stagner, une conception qui n’est pas sans conséquences sur le développement de la maladie de Mortellaro (dermatite digitée). Les pattes ont ainsi besoin d’être régulièrement parées.
Quant au bâtiment «logettes paillées», il est fonctionnel. La contention des animaux a été prise en compte. Si l’opération quotidienne de paillage et de nettoyage des logettes est particulièrement gourmande en temps, il est, pour les éleveurs, agréable de travailler avec des vaches propres. En revanche, les associés regrettent ne pas avoir pu choisir un autre emplacement pour le bâtiment d’élevage car les vaches sont obligées de traverser une route pour accéder au pâturage.

Optimiser les coûts de production
Les associés de l’Earl aiment avant tout l’innovation et se tourner vers d’autres itinéraires techniques tels que l’agro-écologie avec l’implantation de couverts végétaux (Ray-Grass Italien, Trèfle d’Alexandrie), de luzerne ou encore d’avoine. Si le recours aux couverts végétaux permet de préserver et de développer la richesse des sols au profit des plantes cultivées, l’introduction de luzerne dans la ration donne la possibilité de diminuer les apports en azote et donc l’achat de tourteaux, tout en facilitant l’expression des chaleurs. Quant à l’avoine, il est considéré comme un aliment particulièrement énergétique, recommandé dans les flushing. L’investissement dans une mélangeuse en 2008 a permis d’équilibrer davantage la ration et de réduire la surface en maïs. «Il nous faut encore affiner la ration. Pour ce faire, nous allons davantage pousser les analyses à chaque récolte», envisage Nicolas Rougegrez.
Revenir aux techniques culturales anciennes permet surtout à ces éleveurs en quête d’autonomie alimentaire d’optimiser les coûts de production. Francine et Jean-Louis Camus et Nicolas Rougegrez ont, en effet, pour objectif principal que leur travail soit rémunéré à sa juste valeur.

Pouvoir travailler seul
Dans quelques années, après le départ en retraite de ses beaux-parents, Nicolas Rougegrez compte bien avoir recours au salariat. Pour l’heure, les trois associés se tournent vers des techniques qui ont pour but d’améliorer le confort de travail et de faciliter le travail seul. Pourquoi ne pas investir à terme dans une salle de traite rotative et recourir au système automatisé de détection de chaleur ? Il serait d’ailleurs intéressant de coupler ce dernier produit au Suivi Repro (cf. encadré). Dans tous les cas, Nicolas Rougerez continuera à produire du lait. «Parce que c’est ma passion», assure-t-il. Toutefois, il espère que le marché sera porteur.

REPERES TECHNIQUES

• Troupeau laitier : 100 vaches laitières (8 400 kg de lait par vache) avec un TB de 41, un TP de 34 et 220 000 cellules par ml.
• Production de 30 taurillons par an.
• Productions végétales : cultures (maïs, blé, betterave, colza, escourgeon), pâture.
• MO : 3 UTH.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde