Aller au contenu principal

Les bailleurs : rendre la location attractive

Echos de l'assemblée générale de la section des bailleurs de la Fdsea.

Gilles Dhiers, président des bailleurs de la Somme (au premier plan). A ses côtés Robert Drouet.
Gilles Dhiers, président des bailleurs de la Somme (au premier plan). A ses côtés Robert Drouet.
© AAP

«Nous sommes les premiers partenaires indispensables à l’agriculture. Nous représentons les trois quarts des apporteurs de capitaux fonciers dans le département. Il est vrai que le statut du fermage actuel ne répond plus suffisamment aux attentes juridiques et économiques, ni des propriétaires, ni des exploitants. Il serait souhaitable de l’améliorer et de le rénover. Il faut ouvrir des possibilités ajustées au projet de l’agriculteur et du partenaire foncier que nous sommes.
Par contre, durcir le contrôle des structures amènerait des réactions dangereuses de retrait des terres de l’agriculture». C'est en ces termes que Gilles Dhiers, président de la section des bailleurs de la Fdsea, a situé la problématique bailleurs fermiers lors de l'assemblée générale de cette section. En résumé, "il faut rendre attractive la location dans la réalité économique" a-t-il insisté. Au préalable, Gilles Dhiers avait évoqué l’activité de sa section, riche en réunions et débats sur divers sujets concernant les bailleurs : reprise des biens familiaux, bail cessible et fonds agricole notamment.
Robert Drouet, bailleur en Seine-Maritime et ancien président de la Safer de Haute-Normandie, est intervenu lors de cette assemblée. Il a d'abord fait le constat que "l’installation des jeunes est toujours difficile, mais il ne faut pas non plus la rendre impossible». Il estime donc que le statut du fermage soit toiletté, et pourquoi pas adapté localement aux usages locaux et aux habitudes de chaque région. Par exemple, l’état des lieux, pourtant obligatoire dans les baux à long terme, est très peu utilisé. Ce serait peut-être une contrainte à imposer. De même ne faudrait-il pas laisser plus de souplesse sur les dépassements de loyer ; aujourd'hui on tolère 10 %, pourquoi pas 20 %, ce qui permettrait de jouer sur la valeur du bien.
S'agissant du fonds agricole, Robert Drouet pense qu'il serait bon de rendre automatique l’inscription au centre de formalités des entreprises. "Après tout c’est l’affaire des fermiers".

Eviter les "pas de porte"
Les actions en répétition de l’indu viennent «pourrir» les relations entre fermier et bailleur. Pour l'intervenant, il serait certainement souhaitable de limiter à trois ans la possibilité de faire une action en répétition de l’indu, au lieu d’une durée quasiment illimitée aujourd'hui. Et de proposer un fermage plus élevé pour éviter les "pas de porte" ajoute Robert Drouet.
«Le contexte actuel du statut du fermage, nous oblige à réformer. Ne laissons pas le temps aux pouvoirs publics de laisser leur empreint. C’est à nous de proposer des ajouts, des compléments, des précisions sur les textes en vigueur», a-t-il conclu.
Le public attentif n’a pas manqué de poser des questions sur ces sujets dont certaines réponses dépendent, malheureusement de l’évolution des négociations entre les fermiers, les bailleurs et la propriété agricole.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde