Aller au contenu principal

Les barques à Cornet samaroises, clou de la fête de l’eau d’Abbeville

Du 23 au 25 septembre, Abbeville organise sa première fête de l’eau. Les Joutes nautiques barques à Cornet Samaroises y assureront un spectacle inédit. 

Deux barques à cornet lancées à pleine allure se font face. Les huit rameurs donnent tout ce qu’ils ont pour être le plus rapide possible. Le barreur les guide au mieux. En haut des tintaines de 2,80 m – les plus hautes de France – des jouteurs parés de leur paroir et d’une joute s’apprêtent à faire tomber l’adversaire à l’eau. Sport. Suspens. Euphorie. Tous les ingrédients d’un spectacle réussi seront réunis ce 25 septembre, au quai de la pointe d’Abbeville, lors d’un tournoi de joutes nautiques des barques à Cornet Samaroises. 

«Nous avons été invités par la commune pour la première édition de le fête de l’eau. Malgré notre programme chargé, on voulait y participer. Comme à chaque tournoi, le public devrait être à fond», explique Christophe Diart, président de l’association. Celle-ci fête ses dix ans cette année. «Tout est parti d’un pari entre copains. Jamais on n’aurait imaginé que ça prendrait autant d’ampleur !» Les Joutes nautiques barques à Cornet Samaroises ont organisé leur premier tournoi en septembre 2012 pour animer le quai Bélu pendant les Médiévales au bord de l'eau d’Amiens. 

L’idée était de s’inspirer des joutes nautiques languedociennes, mais avec des barques à Cornet typiques des maraîchers des hortillonnages, qu’il faut faire avancer en pagayant. «On a adapté de vieilles barques cassées. Mais on s’est vite rendu compte que c’était compliqué. La ligne de flottaison était trop basse. La première fois, on a retourné les deux barques», rit-il aujourd’hui. Depuis dix ans, le concept s’est amélioré et le matériel s’est perfectionné. «Patrick Souilleaux, Meilleur ouvrier de France en chaudronnerie, a spécialement conçu nos bateaux.» Ces spécimens font 12,50 m de long et pèsent environ 700 kg à vide. «Avec les douze coéquipiers et les 600 kg de contre poids, nous manœuvrons chargés à plus de 2 t par embarcation.» Trois catégories de poids sont définies pour les jouteurs : - 67 kg, - 87 kg et + 87 kg. Pour eux, tout est une question d’équilibre et de gainage.

Cette activité n’est pas un sport fédéral, et n’a pas vocation à l’être. «On s’amuse bien comme ça.» Il n’empêche que l’association a ses adeptes. «On est environ quatre-vingt-dix adhérents d’horizons très différents. Beaucoup sont des sportifs déjà licenciés dans des clubs : footballeurs, rugbymen, hockeyeurs…» L’ambiance est franchouillarde. «Mais sur l’eau il n’y a plus d’amis !» Six équipes s’affrontent, avec chacune son univers : Les Celtics, qui combattent en kilt, La compagnie Jules Verne, aux chapeaux melons, Les invincibles Gaulois, La garde amiénoise, les Chaudronniers Afpa. Ne pensez pas que les joutes nautiques ne sont qu’une affaire d’hommes. Les Walkyries est une équipe 100 % féminine. 

 

Obélix VS le Romain

Ces équipes ne craignent qu’une chose. «La Pluie. Elle gâche la fête pour les spectateurs», souffle Christophe Diart. Mais le spectacle, lui, sera assuré. Ce tournois abbevillois est le quatrième et dernier de la saison, après Camon, Amiens et Longpré-les-Corps-Saints. Les quatre plus belles équipes se disputeront cette finale. «On finit la journée sur les joutes costumées pour le côté festif et folklorique.» Pour une fois, le centurion gaulois parviendra-t-il a faire plonger Obélix dans la Somme ? 

 

L’eau devait se fêter à Abbeville

Le fleuve Somme et le canal de la Somme, la Bouvaque, les sources bleues, les plans d’eau du jardin d'Émonville, la piscine communautaire le port... Abbeville est une ville d’eau. «Nous avons souhaité organiser un événement en septembre autour de notre ADN», note Éric Balédent, adjoint en charge des animations et du développement touristique, dans un édito. Voilà donc la première fête de l’eau programmée du 23 au 25 septembre. Pour l’élu, l’objectif est «d’animer ce secteur géographique de la ville, d’y apporter progressivement des aménagements simples qui amélioreront le cadre de vie et lui redonneront un sens.»
Le programme est varié avec, tout d’abord, une soirée-conférence ce vendredi à 19h30 au Rex, sur le thème de l’eau, ressource fragile à préserver sur le bassin versant de la Somme. Puis, samedi et dimanche, découverte des activités du SCA Natation et Triathlon, visite guidée des étangs du parc de la Bouvaque, aqua jogging et baptêmes de plongée à l’aqu’ABB, démonstrations de sauvetage du SDIS80, balade en bateaux électriques, spectacle des Vigies-pirates… 
Programme complet sur www.tourisme-baiedesomme.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde