Aller au contenu principal

Agronomie
Les bénéfices agronomiques et faunistiques des couverts végétaux

Après la moisson, l'implantation de couverts végétaux n'a pas seulement pour but de répondre à une obligation réglementaire. Des avantages agronomiques et faunistiques sont également à attendre, ce qu'évalue et promeut le programme Agrifaune.

couverts inter culture
Couvert de trèfle violet implanté dans une parcelle non déchaumée.
© Agrifaune

Pourquoi implanter un couvert d’interculture ?

Les couverts d’interculture sont avant tout des outils réglementaires. Au niveau des zones vulnérables identifiées par les programmes d’actions nationaux de la Directive nitrates, le maintien d’une couverture végétale du sol est nécessaire au cours des périodes pluvieuses afin de lutter contre la pollution des eaux par les nitrates d’origine agricole.

Ces couverts présentent également un grand nombre d’atouts agronomiques et écologiques : amélioration de la structure des sols, apport de matière organique, favorisation de la biodiversité (auxiliaires des cultures, petit gibier), etc. Pour répondre à la réglementation et obtenir des bénéfices agronomiques et écologiques en période d’entre-culture, une des actions principales du Groupe technique national agrifaune (GTNA) est de mettre en place des essais d’implantation précoce de couverts d’interculture chez des agriculteurs volontaires.

Pourquoi implanter un couvert précocement tout en conservant les chaumes de la céréale à paille précédente ?

Au contraire d’un semis de couvert tardif réalisé après plusieurs déchaumages, le semis précoce des couverts présente en plus des avantages mentionnés dans le paragraphe précédent, des intérêts pour la biodiversité :

  • Conservation d’une continuité d’habitats, de ressources alimentaires et de nidification pour la faune sauvage en période estivale
  • Préservation de plantes messicoles (*) à cycle tardif (ex : Nigelle de France, Pied d’Alouette de Bresse)

Dans le cas d’un semis après plusieurs déchaumages, on observe une rupture de l’habitat défavorable pour la faune sauvage.

Afin que la période d’interculture soit davantage favorable à la faune, il est recommandé d’associer les couverts avec la préservation des chaumes de la céréale à paille après sa récolte. En effet, ceux-ci constituent des zones de refuge et d’alimentation privilégiées pour la petite faune de plaine (caille des blés, alouette des champs, perdrix) au moment de la reproduction et de l’élevage des jeunes.

Comment implanter les couverts d’interculture précocement ?

Différents itinéraires techniques d’implantation précoce des couverts d’interculture sont envisageables :

  • Semis sous couvert de la céréale
  • Semis à la volée avant la récolte
  • Semis sous mulch lors de la récolte
  • Semis consécutif à la récolte

(*) Plantes messicoles : plantes « habitant les moissons » qui vivent de façon stricte ou préférentielle dans les cultures qu’elles accompagnent depuis plusieurs siècles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
L’accueil tant attendu d’un événement national pour les JA de la Somme arrive  à grand pas. Rendez-vous est donné les 24, 25 et 26 janvier prochains à Saint-Valéry-sur-Somme.
La Somme se prépare à accueillir un événement national dédié à l’installation
Fin janvier, les JA de la Somme accueilleront à Saint-Valéry-sur-Somme (80) un événement baptisé «session RGA» (renouvellement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde