Aller au contenu principal

Agronomie
Les bénéfices agronomiques et faunistiques des couverts végétaux

Après la moisson, l'implantation de couverts végétaux n'a pas seulement pour but de répondre à une obligation réglementaire. Des avantages agronomiques et faunistiques sont également à attendre, ce qu'évalue et promeut le programme Agrifaune.

couverts inter culture
Couvert de trèfle violet implanté dans une parcelle non déchaumée.
© Agrifaune

Pourquoi implanter un couvert d’interculture ?

Les couverts d’interculture sont avant tout des outils réglementaires. Au niveau des zones vulnérables identifiées par les programmes d’actions nationaux de la Directive nitrates, le maintien d’une couverture végétale du sol est nécessaire au cours des périodes pluvieuses afin de lutter contre la pollution des eaux par les nitrates d’origine agricole.

Ces couverts présentent également un grand nombre d’atouts agronomiques et écologiques : amélioration de la structure des sols, apport de matière organique, favorisation de la biodiversité (auxiliaires des cultures, petit gibier), etc. Pour répondre à la réglementation et obtenir des bénéfices agronomiques et écologiques en période d’entre-culture, une des actions principales du Groupe technique national agrifaune (GTNA) est de mettre en place des essais d’implantation précoce de couverts d’interculture chez des agriculteurs volontaires.

Pourquoi implanter un couvert précocement tout en conservant les chaumes de la céréale à paille précédente ?

Au contraire d’un semis de couvert tardif réalisé après plusieurs déchaumages, le semis précoce des couverts présente en plus des avantages mentionnés dans le paragraphe précédent, des intérêts pour la biodiversité :

  • Conservation d’une continuité d’habitats, de ressources alimentaires et de nidification pour la faune sauvage en période estivale
  • Préservation de plantes messicoles (*) à cycle tardif (ex : Nigelle de France, Pied d’Alouette de Bresse)

Dans le cas d’un semis après plusieurs déchaumages, on observe une rupture de l’habitat défavorable pour la faune sauvage.

Afin que la période d’interculture soit davantage favorable à la faune, il est recommandé d’associer les couverts avec la préservation des chaumes de la céréale à paille après sa récolte. En effet, ceux-ci constituent des zones de refuge et d’alimentation privilégiées pour la petite faune de plaine (caille des blés, alouette des champs, perdrix) au moment de la reproduction et de l’élevage des jeunes.

Comment implanter les couverts d’interculture précocement ?

Différents itinéraires techniques d’implantation précoce des couverts d’interculture sont envisageables :

  • Semis sous couvert de la céréale
  • Semis à la volée avant la récolte
  • Semis sous mulch lors de la récolte
  • Semis consécutif à la récolte

(*) Plantes messicoles : plantes « habitant les moissons » qui vivent de façon stricte ou préférentielle dans les cultures qu’elles accompagnent depuis plusieurs siècles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde