Aller au contenu principal

Les bons tuyaux de Rémi pour de bonnes pièces

À 25 ans, après une expérience de magasinier chez un concessionnaire de matériels agricoles, Rémi Buire a ouvert dans le Santerre sa propre entreprise de vente de pièces détachées pour le secteur agricole, les travaux publics et la motoculture. 

Courroie, siège de grue, filtres… la gamme proposée par Rémi Buire est quasi sans limites. 
Courroie, siège de grue, filtres… la gamme proposée par Rémi Buire est quasi sans limites. 
© Vincent Fermon

Six mois après s’être lancé dans le commerce de pièces détachées, consommables et accessoires (RPièces), Rémi Buire affiche un large sourire, et pour cause : «Les chiffres sont plutôt bons !» Après avoir travaillé quelques années chez un concessionnaire de machines agricoles et de matériels pour les travaux publics dans la Somme en tant que magasinier, le jeune homme de 25 ans a créé son entreprise dans le Santerre. Au travers de cette expérience, il s’est découvert une passion : «J’adore la pièce détachée, la chercher et renseigner les clients», explique celui qui a suivi une formation agricole (Bac Pro CGEA) à l’Institut Saint-Éloi de Bapaume. Depuis le 16 août dernier, il est son propre patron et c’est depuis son domicile, rue du sac à Licourt, qu’il développe ce service. Pour limiter les charges, ses moyens comme son stock sont volontairement restreints : «C’est simple, dit-il, je n’ai pas de stocks, et donc pas besoin de bâtiment. Mes seuls outils sont un téléphone et un ordinateur.» Simple, mais apparemment efficace. Rému Buire promet de chercher auprès de grossistes des pièces de «toutes marques», même s’il lui arrive de ne pas les avoir en tête, «d’origine ou adaptable».

 

Une clientèle avant tout locale 

Parmi ses clients, Rémi compte une majorité d’agriculteurs (80 %) devant les entreprises de travaux publics (15 %) et celles utilisant du matériel de motoculture (5 %). Son fichier «clients» compte aujourd’hui environ 70 noms, contre seulement une dizaine au démarrage de l’activité. Sa zone de chalandise n’excède pas, à quelques exceptions près, une trentaine de kilomètres. Les demandes sont quant à elles diverses : «Cela peut aller du simple roulement à toute une liste de pièces pour l’entretien d’une machine.» Pour se faire connaître, il compte d’abord sur le bouche-à-oreilles. «C’est ce qui marche le mieux», admet le jeune entrepreneur. 

 

Livraison en direct 

Dès réception des pièces au siège de son entreprise, Rémi prépare les commandes et les livrent lui-même. «Si la commande est passée avant 17h30, je suis livré le lendemain matin et je peux ensuite faire la dernière étape moi-même dans l’après-midi.» Assurer la livraison permet à Rémi «d’avoir un échange direct avec le client et de le fidéliser».

Après ses bons débuts, que souhaiter au jeune entrepreneur ? «Que les choses continuent comme cela, sourit-il. Et qu’on ne parle plus de la Covid…» La crise sanitaire, justement, impacte peu l’activité de RPièces : «Il n’y a que sur les pneumatiques et les lubrifiants que les délais sont un peu allongés, mais ce n’est pas le plus grave.» Ce qui ennuie le plus Rémi Buire, «c’est le contact avec les gens que l’on perd un peu…»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde