Aller au contenu principal

Les bourdons attirés par les néonicotinoïdes

Les bourdons prennent goût à la nourriture contenant des néonicotinoïdes, selon une étude, qui montre que ces substances peuvent ainsi être plus nocives pour les pollinisateurs qu'on ne le pensait. Selon ces recherches, publiées le 28 août dans la revue Proceedings of the Royal Society B, les insectes sont d'abord repoussés par l'eau sucrée contenant des néonicotinoïdes, puis se mettent peu à peu à la préférer à l'eau non traitée.

Les néonicotinoïdes, même à faible dose, s'attaquent au système nerveux des pollinisateurs (abeilles et bourdons désorientés, sperme des mâles altéré...). « Nos résultats (...) montrent certains symptômes de comportement addictif », note Richard Gill, un des auteurs. Début 2015, une précédente étude avait déjà relevé l'attirance apparente des abeilles pour les fleurs traitées : quand on leur proposait une solution de sucrose à côté d'une autre associée à un néonicotinoïde, les abeilles mellifères comme les bourdons préféraient se tourner vers le second nectar.

Comme la nicotine pour l'homme, « il se peut que les néonicotinoïdes agissent comme une drogue, rendant la nourriture plus gratifiante », relevaient les chercheurs de l'université de Newcastle. Une interdiction entrera en vigueur le 1er septembre en France pour cinq néonicotinoïdes, avec de possibles dérogations au cas par cas jusqu'en juillet 2020.

Démission de Hulot: l’Unaf inquiète du devenir de l’interdiction des néonicotinoïdes

L’Unaf (apiculture) s’est inquiétée le 28 août du devenir de l’interdiction des néonicotinoïdes, après la démission de Nicolas Hulot. « Qui défendra le principe d’une interdiction ferme des néonicotinoïdes ? », s’interroge l’organisation dans un communiqué. La loi sur la biodiversité de 2016 prévoit l'interdiction des néonicotinoïdes à partir du 1er septembre, avec des dérogations possibles jusqu'au 1er juillet 2020. Ces dérogations, non encore publiées, inquiètent l’Unaf au vu des «fortes pressions» qui se manifestent pour en obtenir. L’organisation attend par ailleurs l’adoption dans le projet de loi EGAlim d’une interdiction des «néonicotinoïdes de nouvelle génération». Et de s’inquiéter du «poids des lobbys» qui pourraient agir contre la mise en œuvre d'une telle mesure.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde