Aller au contenu principal

Les brasseurs ont soif des aides promises en juin

Le syndicat Brasseurs de France a saisi, le 3 novembre, le Premier ministre sur l’«aide à la filière brassicole toujours bloquée depuis le mois de juin».

Les brasseurs qui comptaient sur la bière de Noël pour se refaire une santé après la première période de confinement sont aujourd’hui toujours dans l’attente d’une aide de l’État.
Les brasseurs qui comptaient sur la bière de Noël pour se refaire une santé après la première période de confinement sont aujourd’hui toujours dans l’attente d’une aide de l’État.
© Pixabay



4,5 M€ avaient été annoncés à l’époque, selon le délégué général Maxime Costilhes. Une promesse de l’ancien ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, qui reste pour l’heure sans suite : «Les brasseurs n’ont rien touché», indique-t-il à Agra Presse, précisant que le dossier est «en cours» d’après ses contacts rue de Varenne. Alors que la bière de Noël est lancée le 4 novembre, le secteur se dit «très inquiet» de la fermeture, entre autres, des cafés et restaurants. Les mesures de reconfinement liées au coronavirus sont «un nouveau coup de massue pour la brasserie française», d’après un communiqué. Brasseurs de France demande au gouvernement «une réunion de crise en urgence sur la période de Noël afin de voir comment aider les brasseurs et les autres secteurs touchés», déclarait il y a quelques jours le président Matthias Fekl. Sa demande porte notamment une réactivation des dispositifs d’aides spécifiques (report des échéances bancaires, en particulier).

Les producteurs de bière, qui ont vu leurs stocks s’accumuler avec la fermeture des bars et restaurants, seront «directement» aidés par l’État, selon une annonce le 17 juin de l’ancien pensionnaire de la rue de Varenne. «Le gouvernement a souhaité aider directement» la filière, avait-il déclaré au Sénat, sans préciser les modalités ni l’enveloppe de la mesure. «Les montants définitifs sont en cours d’arbitrage à Matignon», indiquait alors le ministère de l’Agriculture qui n’a pas donné de précisions. Les brasseurs avaient réclamé une aide à la destruction de leurs stocks pour une enveloppe comprise entre 4 et 5 M€.

Une filière de poids dans les Hauts-de-France

Dans les Hauts-de-France, où l’on revendique la place de deuxième région brassicole de France (après l’Alsace), les conséquences de la crise sanitaire sur la consommation ont aussi conduit le président du Conseil régional, Xavier Bertrand, à écrire au ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire. Dans un courrier du 5 novembre, il rappelle ainsi le poids de l’économie brassicole et les conséquences de la crise sanitaire sur cette filière, «particulièrement à l’approche des fêtes de fin d’année». «Totalement à l’arrêt lors du premier confinement du 15 mars, la filière brassicole est aujourd’hui une nouvelle fois confrontée à une diminution de l’activité et comptait sur la bière de Noël, qui représentait près de 12 millions de litres vendus en 2019 pour remonter doucement la pente», décrit Xavier Bertrand. Mais depuis, la mise en place de nouvelles mesures de confinement ont contrarié les plans : «La traditionnelle bière de Noël devait être officiellement lancée le mercredi 4 novembre, dans les cafés et restaurants de notre pays, mais aussi dans les nombreux marchés de Noël de nos régions (…) Les mesures sanitaires prises par le gouvernement pour lutter contre l’épidémie ont entraîné la fermeture de ces établissements et l’annulation de l’ensemble des événements programmés ces prochains mois, dont les marchés de Noël». Par conséquent, pas ou peu de ventes pourront être effectuées au cours de cette période ; ce qui justifierait, selon Xavier Bertrand, «que l’État évalue les conditions de mise en œuvre d’un dispositif d’aides afin de compenser les pertes financières engendrées par ces nouvelles mesures sanitaires, tout en protégeant les milliers d’emplois que représente la filière brassicole». Dans les Hauts-de-France, on fabrique chaque année quelque 7 millions d’hectolitres, soit 33 % de la production nationale. Le nombre d’emplois directs est, quant à lui, évalué autour de 1 300.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Les productions ne manquent pas dans le territoire de la CC2SO. Les équipes (ici Alain Defosse, président,  et Delphine Damay, en charge du PAT), misent sur le plan alimentaire pour booster la consommation de produits locaux, levier du «bien manger». 
Plan alimentaire à la CC2SO : belle opportunité pour les agriculteurs
Le plan alimentaire territorial qu’a initié la CC2SO prend forme. L’objectif principal est le «bien manger», indispensable à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde