Aller au contenu principal

Les chasseurs de l'Oise se sentent salis par Barbara Pompili

Suite aux propos de la ministre de la Transition écologique sur France Info le 23 novembre dernier sur la chasse et le confinement, le président de la Fédération de chasseurs de l'Oise lui demande de réhabiliter l'honneur et l'intégrité des chasseurs de son département.

Le président de la Fédération des chasseurs de l'Oise, Guy Harlé d'Ophove est connu pour son franc-parler.
Le président de la Fédération des chasseurs de l'Oise, Guy Harlé d'Ophove est connu pour son franc-parler.
© Facebook

Ce sont des paroles qui visiblement ne sont pas de nature à réchauffer les relations entre les chasseurs et leur ministre de tutelle. Initialement interrogée sur le plateau de France Info le 23 novembre pour répondre à déclarations du député EELV Yannick Jadot sur la chasse en période de confinement, Barbara Pompili s’est en effet exprimée sur une affaire locale qui a écorné l’image de de la chasse quelques jours plus tôt : le non-respect des gestes barrières par deux groupes de chasseurs dans les communes de Grandrû et Morienval.

Considérant de son côté que la ministre de la Transition écologique a « exagéré » les faits lors de son intervention télévisée, le président de la fédération des chasseurs de l’Oise lui a adressé une lettre le 30 novembre lui demandant de revenir sur certaines de ses déclarations.

Comment en est-on arrivé là ? Il faut revenir au 14 septembre 2020, date à laquelle des chasseurs des communes de Grandrû et Morienval ont été surpris par des agents de l’Office français de la biodiversité (OFB) à l’heure du casse-croûte, regroupés alors que cela est interdit. Suite à ce constat, la préfète de l’Oise avait alors décidé d’interdire la pratique de la chasse dans ces communes. Via un communiqué, cette dernière expliquait que « des inspecteurs de l’Office français de la biodiversité (...) ont constaté (...) des regroupements avec repas collectifs et bar ouvert avec distribution d’alcool, sans respect des mesures-barrières et notamment l’obligation du port du masque ».

Enquête contre rapport

L’affaire aurait pu retomber si elle n’avait été reprise quelques jours plus tard par la ministre de la Transition écologique, sur France Info. Après avoir défendu l’organisation de battues de régulation des espèces suspectibles de causer des dégâts et s’appuyant sur un rapport de l’OFB remis à la préfète de l’Oise, la ministre est revenue sur « ces chasseurs qui ont fait un banquet », se mettant « hors des clous » le 14 septembre dernier. Une enquête réalisée par la fédération des chasseurs de l’Oise tendrait de son côté à montrer que les faits décrits dans le rapport de l’OFB ne correspondent pas à la réalité.

Déjà choqué par la manière dont il a été prévenu de ces agissements – par voie de presse -, le président de la fédération des chasseurs de l’Oise n’a pas goûté ce qu’il considère comme une « fake news » et l’a fait savoir le 30 novembre par courrier à la ministre.

Pour Guy Harlé d’Ophove, les faits rapportés par Barbara Pompili seraient en effet « outrageusement exagérés ». Et ce dernier de tenter d’en minimiser la portée : « Il y a eu certes quelques manquements aux règles sanitaires, mais ils s’avèrent tout à fait mineurs face à vos accusations ».

Tout en continuant de regretter ne pas avoir accès au rapport établi par les agents de l’OFB – il a été remis à la préfète de l’Oise et a servi à motiver sa sanction -, le président des chasseurs de l’Oise demande à ce que « la vérité soit rétablie sur cette affaire ». Et ainsi « réhabiliter l’honneur et l’intégralité des chasseurs de l’Oise » que Guy Harlé d’Ophove entend préserver d’un « chasse bashing ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde