Aller au contenu principal

Chasse
Les chasseurs veulent la peau de leur ministre de tutelle

Une manifestation du monde de la chasse est annoncée le samedi 18 septembre prochain, à Amiens. Les chasseurs, qui réclament la démission de leur ministre de tutelle et de sa secrétaire d'État chargée de la biodiversité, entendent rallier les ruraux au sens large.

Manifestation Paris
Image de la grande manifestation des chasseurs de 1998 à Paris. Ces derniers demandaient alors la démission de leur ministre de tutelle, une certaine Dominique Voynet.
© Christian Gricourt

Elle couve, elle couve la colère, et elle trouvera à s'exprimer le samedi 18 septembre, à Amiens, lors d'une manifestation organisée à l'initiative de la Fédération régionale des chasseurs des Hauts-de-France.

Cette dernière l’annonce dans un communiqué daté de ce jour, le 18 août, « devant l’ampleur de la menace générale qui pèse sur les épaules de tous les chasseurs, nous avons décidé de nous rassembler dans une grande manifestation pacifiste le 18 septembre prochain, dans la circonscription de notre ministre de tutelle, Barbara Pompili ». « Avoir une ministre de la chasse (sic), qui n’a en tête que sa destruction, ne peut plus durer ».

« La chasse, mais aussi la pêche, l’équitation, l’élevage, l’agriculture et de nombreuses traditions françaises sont aujourd’hui dans le viseur de l’écologie politique », regrettent les élus de la FRC Hauts-de-France.

Bien qu’ils ne soient pas directement concernés, les chasseurs des Hauts-de-France ont en travers de la gorge la récente interdiction des chasses traditionnelles par le Conseil d’État. Laquelle s’ajoute à celle de la chasse à la glu en juin dernier et des menaces récurrentes contre la chasse du gibier d’eau, la régulation des espèces nuisibles, etc… 

La suite logique, exprimée dans le communiqué de la FRC Hauts-de-France, « c’est sa démission », ainsi que celle de la secrétaire d’État chargée de la biodiversité, Bérangère Abba. « Mesdames Abba et Pompili à la chasse, c’est comme mettre un vegan à l’agriculture et à la pêche », écrivent les chasseurs, avec un sens certain de la formule.

A la veille de l'ouverture générale de la chasse dans les cinq départements des Hauts-de-France (19 septembre), la mobilisation des chasseurs revêtira une symbolique toute particulière ; d'autant plus si les voeux des organisateurs venaient à être exaucés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde