Aller au contenu principal

Spectacle équestre
Les Chevaliers du Fénix vont enflammer la Plaine en fête

À côté des moiss-bat cross et de l'auto foot, les Chevaliers du Fénix assureront le show lors de la Plaine en fête 2022. Le groupe de passionnés d’équitation fait plonger le public à l’époque médiévale. Tournois de joutes, tranchage de pomme à l’épée et suspens au programme.

Parmi les épreuves, les Chevaliers du Fénix doivent trancher une pomme à l’aide d’une épée. La dextérité est de mise.
© D. R.

Votre chevalier préféré sortira-t-il vainqueur de ce tournois de joutes médiévales ? Il aura en tout cas besoin de vos encouragements. Ce 28 août, à Plaine en fête, les Chevaliers du Fénix donneront deux représentations pour le plus grand plaisir des spectateurs. «Nous sommes un groupe d’une vingtaine de bénévoles, dont dix cavaliers, tous passionnés des joutes médiévales», explique Frédérique Bruyant, présidente de l’association, elle-même cavalière.


Le groupe formé l’année dernière, en plein Covid, avait donné son premier spectacle lors de la Plaine en fête 2021. Depuis, ceux-ci sont plus rodés. «Il n’y a que des filles à cheval, et Timothée, âgé d’une dizaine d’années, qui nous a rejoint cette année avec son poney.» Les cavaliers ne portent donc pas de grosses armures, mais plutôt des costumes type cotte de maille assez légère. «Le tournois est un sacré sport !»
Tous doivent faire preuve d’une agilité certaine. «Nous nous affrontons sur des mini-jeux, avec des lances, des épées, des arcs et des flèches, en équipe ou individuellement. Il faut savoir manier l’arme que nous avons dans la main tout en dirigeant son cheval avec l’autre. Il y a toujours une partie de suspens, car le gagnant n’est pas toujours le même.» Le plaisir que prennent les cavaliers est contagieux. «Notre but est de nous éclater. Le public le ressent. Il fait partie intégrante du spectacle.»


Derrière le plaisir se cache toute une organisation. «Nous venons d’un peu partout en Picardie : du Santerre, de la Baie de Somme du Beauvaisis… Nous essayons de nous retrouver régulièrement pour répéter, même s’il manque toujours quelques membres.» Une des conditions pour intégrer le groupe est donc de disposer d’un moyen de transport pour son cheval. La discipline requiert aussi des qualités particulières chez les chevaux. «Nous avons aussi bien des Pur-sang, que des Trotteurs, un Frison, un Connemara… Tous ont un point commun : ils ont un mental qui permet une pratique en toute sécurité.» La complicité avec le cavalier est alors indispensable. «Avec de l’amour et de la patience, on peut faire beaucoup de choses.»

Un loupé ? Du piment au spectacle
Le Pur-sang anglais de Frédérique, Great Surprise, s’offre une deuxième vie, après une carrière dans les courses. «Il a été réformé après une tendinite, puis a été placé dans un refuge à Deauville. Je l’ai vu sur une annonce et je suis tombée amoureuse», sourit-elle. Après une longue période de convalescence, puis un gros travail de dressage, le voilà destrier. «Il est souvent chaud au début du spectacle. Il saute un peu partout et les gens pensent que c’est volontaire (rires). Mais une fois dedans, il est super.» Les chevaliers ne sont pas à l’abris de quelques couacs. «Ça reste des animaux. Mais parfois, un loupé ajoute du piment au spectacle. Ça prouve que ce n’est pas simple.»


Sur place, l’accueil du groupe nécessite de l’espace. «Il nous faut une surface de 30 x 70 m minimum, pour pouvoir nous élancer au galop et nous arrêter au bout.» Ajoutez à cela le parking et le montage des paddocks des chevaux. «Leur bien-être est une priorité. Entre deux représentations, nous ne voulons pas les laisser dans les vans, ou attachés.» À Plaine en fête, l’espace ne manquera pas.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde