Aller au contenu principal

Les chevaux de trait reprennent la Route du Poisson

Du 20 au 23 septembre, douze équipes vont faire à nouveau revivre l’épopée des chasse-marée entre Boulogne-sur-Mer et Compiègne. Pour sa dixième édition, la Route du Poisson emprunte un nouvel itinéraire.

La course comporte vingt étapes de 14 km en moyenne à parcourir dans un temps déterminé.
La course comporte vingt étapes de 14 km en moyenne à parcourir dans un temps déterminé.
© AAP

Tout va très vite à notre époque, comme la moisson cette année. Mais déjà dès le moyen-âge une course contre la montre avait lieu entre Boulogne-sur-Mer et la capitale - 300 km à parcourir en moins de 24h - pour approvisionner en poisson frais la Cour du roi et le tout Paris. Les sociétés de transport de pêche chargées de cette mission, les chasse-marée, n’avaient à cette époque qu’un seul moyen pour relever ce défi : le cheval. Les Boulonnais utilisés à cette tâche étaient changés toutes les sept lieues (moins de 28 km) pour tenir le rythme. Au milieu du XIXème siècle, l’arrivée du chemin de fer mit fin à l’épopée des chasse-marée.
Près de 150 ans plus tard, en 1991, la Route du Poisson va être rééditée une première fois à l’initiative des haras nationaux. Des équipes menant des chevaux des races de trait sont invitées à refaire cette course de relais, la plus grande du genre organisée en Europe. Il s’agit certes d’une épreuve sportive, mais aussi et surtout d’une formidable opération de mise à l’honneur du cheval de trait, ce forçat de la route, aujourd’hui oublié.
D’autres Routes du Poisson vont être organisées. Cette année ce sera la dixième édition, avec une grande nouveauté : le changement du tracé. La course réaffirme l’existence d’une dizaine de ports entre Boulogne et Ault qui fournissaient le poisson. Elle les traversera pour entrer ensuite dans les terres parcourant la Somme et l’Oise jusqu’à son point d’arrivée Compiègne.
Douze équipes seront au départ de Boulogne prête à relever le défi. Si les chevaux sont changés à chacun des vingt relais, la voiture hippomobile reste la même. Elle transporte une caisse de 5 kg de poissons frais, chargée à Boulogne, qui devra être livré à Compiègne en 24h.

Une fête tout le long du parcours… et même avant
La Route du Poisson commence par un défilé dans la ville de Boulogne et l’épreuve emblématique de la traction du Flobart, le bateau des pécheurs de l’époque. Elle va sillonner les routes de la Somme avec une épreuve spectaculaire : le relais rapide au bout du quai de St Valéry.
Ce qui fait aussi le charme de la Route du Poisson, c’est le parcours de nuit, à partir d’Aigneville et jusqu’à Conty. Le bruit des sabots dans la nuit noire et les projecteurs éclairant la route restent des images ancrées dans les mémoires de tous ceux qui ont vu la course.
A Conty, les Ateliers du Val de Selle proposeront pour l’occasion différentes animations, dont un marathon et une épreuve de maniabilité. Petite répétition pour les Ateliers qui accueillent les championnats de France d’attelage du 4 au 7 octobre prochain.
Et même si l’arrivée de la course aura lieu à Compiègne pour rendre hommage aux initiateurs de cette épreuve, la remise des prix et le spectacle de clôture se dérouleront à Conty dimanche 23 septembre à 15h.

Pour plus de détails et de renseignements : Association pour la Promotion du cheval de trait dans la circonscription de Compiègne : www.ap3c.org ou au 03 22 95 30 07

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde