Aller au contenu principal

Récoltes
Les colzas avancent un peu, les blés attendent toujours

La moisson soumise aux aléas climatiques.

En colza, la moyenne départementale pourrait dépasser les 40 qx/ha.
En colza, la moyenne départementale pourrait dépasser les 40 qx/ha.
© JC Gutner

En ce milieu de semaine, on mesure principalement la progression de la moisson à l’avancement des colzas. Si les premières bennes étaient récoltées aux environ du 25 juillet, ce sont surtout les 27 et 28 juillet que les récoltes ont avancé.
Ainsi, sur la zone Noriap, Jean-Luc Florin estimait que la collecte dépassait les 50%, avec une fourchette confirmée autour de 35 à 40 quintaux par hectare. Le différentiel est marqué entre les terres légères ayant souffert du gel hivernal, où il chute à 30 quintaux, et les terres les plus profondes avec des rendements qui dépassent régulièrement les 40 quintaux, voire les 50 quintaux parfois.
Au final, les parcelles des terres les plus profondes ne décrochent pas, bien au contraire, ce qui pourrait permettre à la moyenne départementale de dépasser les 40 quintaux. Chiffres confirmés auprès de SanaTerra, où Benoît Dewas estime que la collecte (principalement située dans l’Amiénois) est réalisée à 70%, avec des niveaux de rendement corrects, ou à Capsom, qui voit sa collecte réalisée aux mêmes niveaux. L’incertitude est plus grande pour la zone Calipso, où la maturité fait que seuls 30 % ont été récoltés à ce jour.

Blé : quelques remorques
Côté blé, quelques remorques ont été collectées sur chaque organisme. La collecte est réalisée pour des surfaces estimées entre 1 et 2% des emblavements. Pas encore assez pour tirer des conclusions. Les commentaires oscillent entre le côté rassurant, considérant que les premiers PS sont moins dégradés que ce que l’on pouvait craindre, le côté réaliste, au regard d’une qualité certes encore présente, mais déjà dégradée par rapport à 2011, ou le côté pessimiste, du fait que 98% de la récolte est toujours soumise aux aléas climatiques, et que la météo ne prévoit pas de période ensoleillée durable. Quoi qu’il en soit, les yeux sont rivés sur le ciel pour les prochains jours, et chacun a une hâte croissante de pouvoir intervenir dans la plaine.

Lin : les arrachages s’achèvent, les retournements débutent
En ce milieu de semaine, Vincent Delaporte, directeur de la Calira, estimait les arrachages effectués à hauteur de 70 %, et ce dans des conditions difficile. Chaque passage pluvieux ayant pour effet de reverdir la plante, a fortiori en conditions versées, les débits de chantiers sont pénalisés et les arrachages devraient durer jusqu’en milieu de semaine à venir. Parallèlement, les retournements ont débuté pour les premiers arrachages, ceux datant du 18-19 juillet. L’objectif est de favoriser le fanage pour aborder un rouissage efficace. En retournant les andains, la machine repositionne la plante, ce qui permet d’homogénéiser l’exposition au soleil. Ainsi, le rouissage pourra être régulier et l’avancement de la récolte en sera favorisé.
Côté volumes, le potentiel 2012 est indéniablement plus élevé qu’en 2011, et la Calira visera de récolter le volume de filasse maximal. Les cours demeurent fermes. La demande 2012 porte sur des lins de bonne qualité, mais peu en «très haute qualité». Dès lors, l’objectif est d’assurer un maximum de matière dans de bonnes conditions sans pour autant aller parfois chercher l’excellence du rouissage. D’ailleurs, cette stratégie, alliée à des retournements bien positionnés, permettra de rattraper un peu le retard de l’année, car l’efficacité des jours d’août est moindre, l’ensoleillement et la chaleur étant plus intenses en juillet.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde